Duffy dévoile un stratagème électoral lors de son procès

Mike Duffy... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Mike Duffy

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jennifer Ditchburn
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le sénateur Mike Duffy a lancé une petite grenade à son procès, jeudi, en accusant la direction du Parti conservateur d'avoir élaboré un stratagème pour tromper les électeurs d'une circonscription de l'île de Vancouver lors du scrutin de 2008.

Mike Duffy témoignait pour une troisième journée consécutive à son procès pour fraude, corruption et abus de confiance. Toujours interrogé par son avocat, il a soutenu que la réélection du ministre des Sports de l'époque, Gary Lunn, était incertaine en 2008. Or, le candidat néo-démocrate, Julian West, s'est retiré de la course, mais trop tard dans la campagne pour que son nom soit retiré des bulletins de vote.

Selon Duffy, la direction du Parti conservateur a alors utilisé l'importante base de données du parti afin de loger des appels automatisés chez les sympathisants néo-démocrates, les incitant à aller voter pour «leur candidat». Les conservateurs espéraient ainsi que M. Dunn profiterait d'une division du vote, a soutenu Duffy.

Gary Lunn a finalement été réélu en 2008 dans Saanich-Gulf-Islands. Joint jeudi par La Presse Canadienne, il a assuré qu'il ne savait pas qui avait logé les appels trompeurs. Il soutient donc qu'il n'a jamais pu dire à Duffy que les appels avaient été logés par la direction du parti.

Le député Lunn a finalement été défait en 2011 par la chef du Parti vert, Elizabeth May.

L'avocat de Duffy a passé en revue, jeudi, des activités partisanes auxquelles le sénateur conservateur a été invité, aux frais des contribuables. Certains des 31 chefs d'accusation sont liés à des demandes de remboursement pour des voyages effectués un peu partout au Canada, notamment afin de participer à des activités du Parti conservateur. La défense plaide que ces voyages respectaient les règles du Sénat, qui énoncent que les fonctions de base de tout sénateur permettent les activités partisanes.

M. Duffy a expliqué que lors des réunions du caucus, à Ottawa, des députés conservateurs l'invitaient à leur activité-bénéfice dans le but d'attirer les foules. L'ancien journaliste vedette du réseau CTV sur la colline du Parlement à Ottawa était en effet très populaire.

Mais le sénateur précise que lors de ces déplacements partisans, il en profitait aussi pour rencontrer des Canadiens qui voulaient discuter avec lui de politiques publiques, notamment des maires ou des représentants de groupes d'intérêt.

Donald Bayne a demandé à plusieurs reprises à son client s'il considérait à l'époque comme légitimes les frais de ces voyages.

«Je le croyais alors, et je le maintiens toujours», a répondu Duffy.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer