Procès de matricule 728: la vidéo présentée au tribunal

Stéfanie Trudeau... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Stéfanie Trudeau

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Camille Martel
La Presse

(Montréal) Témoignant pour sa défense, Stéfanie Trudeau n'a aucune idée comment ses propos, désormais célèbres «c'toute des ostie de carrés rouges» et «des esti de gratteux de guitares» ont été enregistrés sur une caméra dans sa voiture de patrouille. La vidéo de 32 minutes a été présentée au tribunal vendredi et a donné lieu à des échanges à couteaux tirés entre elle et le procureur de la poursuite, Me Jean-Simon Larouche. Accusée de voie de fait simple, l'ex-policière était sur la défensive.

Stéfanie Trudeau, alias matricule 728, a affirmé ne pas s'être rendu compte que la caméra était «apparue» sur le dessus de son tableau de bord. «Je ne sais pas comment elle est arrivée là», affirme-t-elle. Ensuite, elle a rangé la caméra pour la mettre en sûreté lorsque la voiture de patrouille s'est mise en marche. La caméra a capté tous les propos de Mme Trudeau entre le lieu de l'arrestation et le poste de police.

Me Jean-Simon Larouche a laissé entendre que ce serait Mme Trudeau qui l'aurait actionnée, peut-être par inadvertance. Il a aussi insisté sur le fait qu'il était étrange qu'elle n'ait pas remarqué qui avait mis cette caméra sur son tableau de bord. C'est alors que Stéfanie Trudeau s'est époumonée en déclarant qu'il se basait sur des «si» et qu'il n'avait aucune preuve. «Choquez-vous pas après moi», a répondu Me Larouche. 

M. Pagé, le propriétaire de la caméra, est le premier à être passé à la barre des témoins vendredi après-midi. C'est lui qui a filmé Stéfanie Trudeau, le soir du 2 octobre 2011, lorsqu'elle a tenté de maîtriser son ami Serge Lavoie dans les escaliers. Elle lui a ordonné d'arrêter de filmer. Il a appuyé sur «arrêt» et a laissé tomber sa caméra par terre. Puis, il s'est fait menotter et emmener au poste de police par d'autres agents. 

La conjointe de Simon Pagé, Fabienne Modica, a déclaré que Stéfanie Trudeau lui avait «crié dessus» ce soir-là. Elle lui ordonnait de lui remettre la caméra. Mme Modica a refusé et elle l'a plutôt remise à un policier, non identifié, qui était présent sur les lieux. «Je ne lui faisais pas confiance», précise-t-elle, en faisant référence à Mme Trudeau. Le mystère plane toujours à savoir comment la caméra est passée des mains d'un policier jusqu'au tableau de bord de la voiture de patrouille de Mme Trudeau.

Ce n'est que le lendemain matin, à sa sortie de prison, que Simon Pagé a retrouvé sa caméra. «C'est Serge Lavoie qui avait ma caméra. Les policiers croyaient que c'était à lui donc il me l'a remise par la suite». En arrivant chez lui, il a découvert la vidéo de 32 minutes, dont il n'est pas l'auteur. Il assure ne pas avoir altéré le contenu. «J'ai fait des copies de la vidéo et je les ai envoyées à des gens de confiance». Radio-Canada en avait reçu une copie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer