Procès SharQc: un ex-membre des Hells Angels plaide coupable

Jacques Dumais, ancien membre des Hells Angels de... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Jacques Dumais, ancien membre des Hells Angels de la section de Québec.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Jacques Dumais, ancien membre des Hells Angels de la section de Québec, a plaidé coupable, vendredi matin, à une accusation de complot pour meurtre, dans le cadre des procédures du procès SharQc qui se déroulent au Centre de services judiciaires Gouin, à Montréal. En échange de la reconnaissance de sa culpabilité, la poursuite et le juge ont retiré les cinq accusations de meurtre qui étaient toujours portées contre lui.

C'est son état de santé qui a incité l'accusé de 47 ans à plaider coupable, à trois semaines du début du procès SharQc fixé pour le 3 août. Dumais souffre d'une maladie très grave; une importante opération chirurgicale est imminente, suivie d'une convalescence d'au moins trois mois, ce qui aurait fait en sorte que l'accusé n'aurait vraisemblablement pu être présent au début de son procès.

La défense, assurée par Me Marc-Antoine Rock, et la poursuite, représentée par Me Robert Rouleau, ont dû s'adapter à cette situation particulière et entamer des discussions. Les deux parties devraient aussi s'entendre pour la sentence, mais celle-ci a été reportée à l'automne.

Honorables hésitations

Les deux parties ont également suggéré au juge James L. Brunton, de la Cour supérieure, que le détenu soit libéré dès maintenant en attendant le prononcé de la sentence, ce qui a d'abord fait sourciller le magistrat.

Dumais, qui avait été expulsé des rangs des Hells Angels, avait été libéré sur caution au début des procédures judiciaires, mais il avait été renvoyé en prison en octobre 2013, après avoir été impliqué dans une affaire de voies de fait.

L'honorable juge Brunton a rappelé que si Dumais n'avait pas obtenu sa libération sur cautionnement, c'est parce que l'on craignait qu'il ne trempe de nouveau dans des activités au profit d'une organisation criminelle. Il a aussi souligné le fait que l'accusation de complot pour meurtre était très grave.

Conditions de remise en liberté

Mais après avoir entendu les parties, considérant le diagnostic grave, la durée de la convalescence et la peine à venir, le juge a accepté de le remettre en liberté sous diverses conditions.

Ainsi, Dumais devra résider chez un ami, dans la région de Montréal, en attendant la date de son opération qui n'est pas encore fixée. Une fois opéré, il devra vivre sa convalescence chez un membre de sa famille dans la région de Québec.

Dumais ne devra communiquer avec aucun coaccusé et ex-coaccusé, ni avec aucune personne dont le nom apparaît dans l'accusation de complot.

Il ne pourra non plus fréquenter les établissements qui détiennent un permis d'alcool, sauf pour y consommer un repas, ni posséder une arme.

À la suite de ce plaidoyer, neuf membres des Hells Angels font toujours face à leur procès pour complot et meurtres, à compter du mois d'août.

Le procès de deux autres membres des Hells Angels, en anglais, doit commencer en janvier 2017.

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité: 514-285-7000, poste 4918

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer