Nouvelle-Écosse: les meurtriers de Loretta Saunders condamnés à la prison à vie

Miriam Saunders (à droite) a rappelé que Loretta,... (Photo Darren Pittman, La Presse canadienne)

Agrandir

Miriam Saunders (à droite) a rappelé que Loretta, âgée de 26 ans au moment de sa mort brutale, avait réussi à sortir de la drogue et de l'itinérance pour entreprendre finalement des études universitaires.

Photo Darren Pittman, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Alison Auld
La Presse Canadienne
HALIFAX

Le couple reconnu coupable du meurtre de Loretta Saunders, en Nouvelle-Écosse, a été condamné mercredi à la prison à vie.

Victoria Henneberry, qui avait plaidé coupable à une accusation de meurtre non prémédité, pourra demander une libération conditionnelle dans 10 ans.

Blake Leggette, qui avait plaidé coupable à une accusation plus grave de meurtre prémédité, ne sera pas admissible à une libération conditionnelle avant 25 ans, comme le prescrit la loi.

Les restes de la victime avaient été découverts dans un sac de hockey le long d'une route du Nouveau-Brunswick, l'an dernier.

Le juge Josh Arnold, de la Cour suprême de Nouvelle-Écosse, aura donc retenu les recommandations communes de la Couronne et de la défense pour déterminer la peine des deux meurtriers.

Mais le jugement a suscité la colère du père de Loretta Saunders.

«Dix ans pour un meurtre de sang-froid, du sang de ma fille sur leurs mains, et elle écope de dix ans, s'est insurgé Clayton Saunders en référence à la peine de Victoria Henneberry. De quelle forme de justice s'agit-il?»

Dans son plaidoyer pour l'admissibilité à une libération conditionnelle après dix ans pour Victoria Henneberry, la procureure de la Couronne, Christine Driscoll, a fait valoir qu'elle était participante au crime au sens de la loi, mais qu'il n'y avait pas de preuves recevables de son implication dans la planification ou l'exécution du meurtre.

Le juge a affirmé que la vie des proches de la victime avait été transformée à jamais par le crime commis ce jour-là.

«La traîtrise de M. Leggette et de Mme Henneberry a pollué tant de vies, a fait valoir le magistrat. Ce jour (de l'assassinat), M. Leggette et Mme Henneberry ont injecté un poison immonde dans leur vie et ont détruit leur innocence, leur sentiment de sécurité, la confiance envers l'autre et les ont laissés vides et le coeur brisé.»

Blake Leggette et Victoria Henneberry ont tous deux présenté leurs excuses à la famille.

Deux exposés des faits soumis au tribunal indiquent que Leggette et Henneberry ont connu des difficultés financières peu après avoir emménagé dans une chambre sous-louée dans le logement de Loretta Saunders, qu'ils avaient dénichée par l'entremise du site Kijiji en janvier 2014.

Les documents mentionnent que le couple voulait quitter Halifax, mais sans indiquer de motifs.

«M. Leggette avait prévu tuer Mme Saunders, s'emparer de sa voiture et quitter la province», indiquent les deux exposés des faits.

Le 13 février 2014, Mme Saunders s'est rendue auprès du couple pour leur réclamer l'argent du loyer, mais il n'avait pas la somme demandée, et Victoria Henneberry a menti en disant qu'elle avait perdu sa carte bancaire.

Blake Leggette a pris Mme Saunders à la gorge et l'a étranglée, mais la jeune femme s'est débattue, parvenant à déchirer les trois sacs de plastique couvrant sa tête.

À un certain moment, Leggette et Saunders sont tombés au sol. Il a cogné la tête de la victime à deux reprises au sol et elle a cessé de bouger.

«Mme Henneberry est demeurée sur les lieux durant l'affrontement», précisent les documents.

Plus tôt mercredi, pendant les observations sur la peine, la mère de Loretta Saunders avait raconté à quel point sa fille lui manquait. En larmes, Miriam Saunders a rappelé que Loretta, âgée de 26 ans au moment de sa mort brutale, avait réussi à sortir de la drogue et de l'itinérance pour entreprendre finalement des études universitaires.

«Je serai à jamais si fière de ce qu'elle a accompli durant sa courte de vie de 26 ans, a-t-elle dit en sanglots. Ma vie et celle de ma famille n'ont jamais plus été la même. Mon coeur souffre constamment.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer