Avec ou sans avocat, Richard Bain aura un procès à partir du 8 septembre

Richard Henry Bain... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

Richard Henry Bain

PHOTO D'ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Qu'il soit représenté par avocat ou pas, Richard Henry Bain aura son procès à compter du 8 septembre prochain, pour l'attentat mortel du Metropolis.

C'est ce que le juge Guy Cournoyer a fait valoir ce matin, lors d'une audience qui réunissait l'accusé, les avocats des deux parties, ainsi que l'avocate qui représente le Procureur général. Le criminaliste Alan Guttman est disposé à représenter M. Bain, si la question des honoraires est réglée. L'avocat veut avoir 50 000 $ dans son compte en fidéicommis, pour commencer le procès. M. Bain n'est pas admissible à l'aide juridique, car il reçoit une pension d'environ 33 000 $ par année, et qu'il a des propriétés. Ces propriétés auraient cependant été vendues pour 45 000 $, au cours des derniers mois. Le problème, c'est que l'argent se trouve on ne sait où. 

«On a eu des versions différentes de quatre personnes, a signalé Me Ruth Arless-Frandsen, qui représente le Procureur général. Lors de discussions antérieures, alors que la question des honoraires avait été soulevée avec un autre avocat qui représentait M. Bain, le Procureur général avait accepté d'avancer l'argent pour la défense de M. Bain, à condition de se repayer avec la vente des propriétés. M. Bain a changé d'avocat deux fois depuis ce temps. Et voilà qu'on apprend que les propriétés ont été vendues. Pour l'heure, cette vente apparaît bien mystérieuse. On devrait en savoir plus le 22 avril, jour où la question des honoraires sera débattue devant le juge Cournoyer. M. Bain devrait témoigner. 

«Quelqu'un a l'argent, mais ce n'est pas moi, et ce n'est pas M. Bain», a indiqué Me Guttman, en sortant de la salle d'audience, ce matin.

Meurtre et tentatives de meurtre

Rappelons que M. Bain, maintenant âgé de 64 ans, fait face à plusieurs accusations, incluant un meurtre prémédité et 16 tentatives de meurtre, lors de l'attentat du Metropolis. Le soir du 4 septembre 2012, le Parti Québécois y célébrait sa victoire, en présence de la nouvelle première ministre, Pauline Marois. Un homme encagoulé et armé, identifié comme M. Bain, a fait irruption et fait feu en direction d'un groupe de personnes, qui se trouvait près d'une porte latérale. Le technicien de scène Denis Blanchette a été tué, tandis que son collègue, Dave Courage, a été gravement blessé. M. Bain fait face à d'autres  accusations, dont incendie criminel et possession d'armes prohibées.

L'état d'esprit de M. Bain au moment des faits est à l'étude actuellement. Une expertise psychiatrique à ce sujet a été ordonnée par le juge Cournoyer, mais le rapport n'est pas encore prêt. 

Le procureur de la Couronne Dennis Galiatsatos a indiqué qu'il sera prêt à procéder à la date prévue. «Le juge, je pense, a été très clair. Avec ou sans avocat, avec ou sans Me Guttman, le procès procédera à l'automne.» Le procès devrait durer huit semaines environ.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer