Huit ans de prison et plus de 9 millions en amendes pour le couple blanchisseur

Sy Veng Chun et son épouse, Leng Ky Lech.... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Sy Veng Chun et son épouse, Leng Ky Lech.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Un couple d'origine cambodgienne qui a blanchi une somme évaluée à 100 millions de narco dollars, a été condamné à 8 ans de prison, et a écopé plus de 9 millions $ en amendes, mercredi, au palais de justice de Montréal.

«C'est un cas d'une gravité exceptionnelle qui demande une peine proportionnelle. Ils étaient au courant que l'argent provenait de la vente de drogue. Leurs crimes se nourrissaient des crimes des autres», a fait valoir le juge Patrick Healy, en rendant sa décision.

Leng Ky Lech, 52 ans, et son époux, Sy Veng Chun, 67 ans, avaient été déclarés coupable de 13 accusations de possession et recyclage des produits de la criminalité, en septembre, au terme d'un très long procès.

Muir

Les faits se sont produits entre les années 2000 et 2005. Le principal client du couple était Daniel Muir, un trafiquant de haut niveau, qui leur a confié de fortes sommes à blanchir.

Lech et Chung opéraient à partir de leurs compagnies, le bureau de change A et A Services monétaires et la bijouterie Peng Heng Or Gold, situées sur le boulevard St-Laurent, dans le quartier chinois. Ils envoyaient de l'argent au Cambodge, dans une banque qu'ils possédaient, ou se servaient de l'argent sale pour acheter des pierres précieuses.

Daniel Muir a été assassiné à coups de hachette, en pleine rue du centre-ville, en février 2004, par deux hommes qui n'ont jamais été identifiés.

Le juge signale dans le jugement que Leng et Chun ont triché leur source. Après la mort de Muir, ils ont gardé l'argent.

Liberté

Lech et Chun étaient en liberté pendant les procédures judiciaires, qui ont duré plus de dix ans. L'homme et la femme ont pris le chemin de la prison en novembre dernier, au moment des représentations sur la peine.

La Couronne, représentée par Me Fabienne Simon et Marie-Michèle Meloche, demandait la peine maximale, soit dix ans de prison, ainsi que des amendes de 3.4 millions$ pour chacun des accusés, qui sont au nombre de quatre, en comptant leurs entreprises (A&eA et Peng Heng). La défense proposait une peine de pénitencier moins «astronomique», et une amende de quelques dizaines de milliers de dollars.

«Dure journée», a laissé tomber Me Raphael Schachter, un des avocats de la défense,  en sortant de la salle d'audience, mercredi. Le couple fait appel.

Leng et Chun devront acquitter leurs costaudes amendes d'ici deux ans (18 mars 2017), sans quoi ils auront cinq ans de plus à purger, a statué le juge. Il est à noter que le couple s'est en outre fait saisir des propriétés à St-Hilaire et St-Laurent, soit les maisons qui avaient appartenu à Daniel Muir. Ils se sont aussi fait saisir des bijoux et des actions dans leur banque du Cambodge.

Long procès

Une cinquantaine de témoins a défilé et plus de 450 pièces à conviction ont été présentées pendant le procès qui s'est déroulé par à coups, pendant plus de deux ans. Les accusés, représentés par Me Raphael Schachter et Me Dominique St-Laurent, n'ont pas présenté de défense.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer