Absolution conditionnelle pour Yalda Machouf-Khadir

Yalda Machouf-Khadir... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Yalda Machouf-Khadir

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Yalda Machouf-Khadir reçoit une absolution conditionnelle pour ses gestes posés lors du printemps étudiant de 2012, évitant ainsi d'hériter d'un casier judiciaire. Elle devra respecter une période de probation de 3 ans et faire 240 heures de travaux communautaires.

En mai dernier, la fille du député de Québec solidaire Amir Khadir avait plaidé coupable aux chefs d'accusation qui pesaient contre elle, soit complot, introduction par effraction, déguisement et méfait, dans trois établissements. Elle avait été accusée notamment dans le cadre du saccage des bureaux de l'ex-ministre Line Beauchamp.

Au moment d'imposer sa peine, le juge Jean-Pierre Boyer dit avoir pris compte de plusieurs facteurs atténuants. D'abord, le juge s'est dit «impressionné» par les appuis qu'elle a reçus. Le Dr Réjean Thomas et le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, avaient rédigé des lettres pour plaider en sa faveur. Le magistrat a noté que la jeune femme a enregistré des plaidoyers de culpabilité en plus d'exprimer des regrets pour ses gestes. Le juge a aussi pris en considération le fait qu'elle a passé 6 jours en détention préventive.

À l'opposé, le juge a noté un seul facteur aggravant, soit que son comportement se soit apparenté à de la désobéissance civile. Reste que selon lui, son comportement ne s'apparentait pas à celui de ceux qui ont profité des manifestations pour commettre des méfaits par simple opportunisme.

Le juge Boyer a donc accepté la demande de l'avocat de Yalda Machouf-Khadir de lui accorder une absolution. Celle-ci sera conditionnelle. Elle devra respecter une période de probation de trois ans. Elle devra aussi faire 240 heures de travaux communautaires d'ici 18 mois. Rappelons que la jeune femme de 22 ans risquait une peine maximale de 10 ans d'emprisonnement.

À sa sortie de la salle d'audience, Yalda Machouf-Khadir s'est réjoui de son absolution. «On a mené une bataille qui était juste durant la grève étudiante. Je suis contente du dénouement de l'affaire.» Elle a ajouté que si son cas a attiré beaucoup d'attention médiatique, d'autres de ses camarades du printemps étudiants se trouvent toujours devant les tribunaux. «La bataille continue. Plusieurs personnes feront encore face à l'appareil judiciaire durant les semaines et années à venir, mais on continuera à lutter malgré cela.»

Soulagé, Amir Khadir en a profité pour dénoncer le fait que des «bandits en cravate» et politique s'en tirent à meilleur compte. «C'est sûr que des personnes sont plus faciles à traduire en justice que d'autres. Ma fille va assumer  pleinement des conséquences des gestes qu'elle a posés pour une cause juste, avec des dérapages. Elle l'a admis et le juge en a pris compte.»

«Des centaines d'autres jeunes ont subi des conséquences judiciaires sans commune mesure avec les conséquences que devraient subir des bandits à cravate qui nuisent à notre société et qui circulent librement. J'en connais un qui a été chef du Parti libéral qui a alimenté la caisse électorale de son parti pendant des années par du financement illégal en s'adonnant à une corruption généralisée pendant qu'il était au pouvoir et il circule toujours librement, fait des discours devant des chambres de commerce.»

Il a plus tard précisé qu'il parlait de Jean Charest.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer