Menace contre Pauline Marois: une étudiante reconnue coupable

Nyssa Le Seelleur a été reconnue coupable dernièrement... (Photo d'archives La Presse, Martin Chamberland)

Agrandir

Nyssa Le Seelleur a été reconnue coupable dernièrement d'avoir menacé de faire exploser Pauline Marois, en février 2014, sur Twitter.

Photo d'archives La Presse, Martin Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une Montréalaise de 20 ans a été reconnue coupable dernièrement d'avoir menacé de faire exploser l'ancienne première ministre du Québec Pauline Marois, en février 2014, sur Twitter.

«Pauline Marois déclenche des élections, sortez cette bitch avant que je la fasse exploser [get the bitch out of there before I bomb her].» C'est ce tweet publié le 6 février 2014 qui a valu une accusation de harcèlement et de menaces à Nyssa Le Seelleur.

«C'est un commentaire stupide écrit sans trop réfléchir dans un moment de frustration», a-t-elle affirmé à La Presse samedi. Au moment de le publier, elle venait de lire un article sur le site du réseau CTV dans lequel l'ancienne chef du gouvernement Mme Marois se disait prête à déclencher des élections à tout moment.

Mme Le Seelleur comptait alors une centaine d'abonnés à son compte Twitter, principalement ses amies.

L'étudiante n'y a plus repensé. Jusqu'à ce que des policiers de la Sûreté du Québec frappent à sa porte, environ trois semaines plus tard. «Sur le coup, je n'en revenais pas ! Mais je peux comprendre leur réaction... il y avait un contexte avec de possibles élections et l'attentat qu'il y a eu contre Mme Marois [au Métropolis, le 4 septembre 2012 lors de la soirée électorale]», explique-t-elle.

Pas d'intention d'agir

Mme Le Seelleur a réitéré à La Presse qu'il n'y avait aucune intention d'agir derrière ce tweet. «Je suis une fille de 20 ans tout à fait typique... je ne sais pas comment faire une bombe et je n'ai jamais voulu faire exploser personne, dit-elle. Je regrette d'avoir écrit ce commentaire.»

L'étudiante a plaidé non coupable aux deux chefs d'accusation. Si elle a été acquittée concernant le harcèlement, le juge Yvan Poulin l'a toutefois reconnue coupable de menaces. La décision a été rendue en décembre dernier, mais elle était demeurée sous le radar jusqu'ici.

Le magistrat a estimé qu'étant donné les commentaires «sans ambiguïté» et le contexte dans lequel ils ont été publiés, toute personne raisonnable pouvait y percevoir une menace. S'il est convaincu que la jeune femme n'avait pas l'intention de mettre sa menace à exécution, il a toutefois retenu qu'elle était contrariée par les décisions du gouvernement Marois.

«Même si [les mots] ont pu avoir été écrits en une fraction de seconde, il s'agissait d'un acte conscient qui était manifestement intimidant et menaçant», a souligné le juge (traduction libre du jugement rendu en anglais).

«C'est quand même frustrant, a réagi Mme Le Seelleur, hier. Je n'étais pas la seule personne fâchée sur les réseaux sociaux, je n'ai pas d'antécédents judiciaires et je suis une bonne étudiante», soupire la Montréalaise qui n'a plus publié de tweets depuis.

Elle se console toutefois avec le fait qu'elle a pu bénéficier d'une absolution inconditionnelle, ce qui équivaut à une absence de peine.

L'an dernier, deux autres personnes ont été reconnues coupables d'avoir menacé Mme Marois sur les réseaux sociaux. Jean-Philippe Leblanc-Paré a reçu une condamnation avec sursis, tandis que Daniel Brosseau, qui avait menacé Mme Marois et le premier ministre du Canada Stephen Harper, s'en est tiré avec une absolution conditionnelle. Les deux hommes avaient plaidé coupable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer