Le fils d'un Hells Angels condamné à huit ans de pénitencier

Michel Émond... (Photo courtoisie)

Agrandir

Michel Émond

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Michel Émond, fils du défunt membre des Hells Angels Richard Crow Émond, a été condamné à huit ans de pénitencier pour gangstérisme et production et pour trafic de méthamphétamine, ce matin au palais de justice de Saint-Jérôme.

Un mandat d'arrestation avait été lancé contre Émond en mai 2012, à la suite d'une opération de la Sûreté du Québec baptisée Grimper et visant un réseau de producteurs et de distributeurs capable de fabriquer et de distribuer des millions de pilules chaque année. 

Mais l'accusé se trouvait au Costa Rica au moment de la frappe et ce n'est que le 19 novembre dernier, vraisemblablement après des tractations entre son avocat et la police, qu'il est revenu au Québec. Il a plaidé coupable aux accusations portées contre lui ce matin, avant de recevoir sa sentence séance tenante.

Logo du Canadien

Le réseau dirigé par Émond exploitait quatre laboratoires de fabrication de méthamphétamines et possédait autant d'entrepôts et de caches de drogue et d'argent. Son organisation fabriquait notamment des comprimés à l'effigie du Canadien de Montréal et des Nordiques de Québec.

Fait à noter, durant l'enquête Grimper qui a commencé en 2010, Michel Émond et ses complices étaient très méfiants. Ils changeaient de voiture tous les mois et demi et garaient celles-ci à quelques rues de leur résidence pour déjouer les manoeuvres de filature. Émond avait transformé le sous-sol de sa résidence personnelle en laboratoire de fabrication de méthamphétamine et aménagé son propre gym comptant une trentaine d'appareils de cardio et de musculation pour lui et ses complices, sur la rue de Gaspé à Montréal.

Un jour, il a découvert, avec un détecteur électronique, une caméra que les policiers avaient installée dans un corridor menant au gym. Lui et ses hommes ont aussi déménagé leurs laboratoires et leurs caches, et possédaient un local qu'ils avaient transformé en commerce légitime avec des étalages de vêtements.

Le père de Michel Émond, Richard Émond, était très respecté chez les Hells Angels. Il a été tué au début de la guerre des motards, en septembre 1995. Son fils aurait pu suivre ses traces, mais il a fait le choix de devenir un trafiquant indépendant qui avait toutefois des liens avec les Hells Angels.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer