Procès Tartamella: la Couronne met en doute les propos de la psychiatre

Photo de François Tartamella et d'Emmanuelle Phaneuf, prise... (PHOTO PRÉSENTÉE À LA COUR)

Agrandir

Photo de François Tartamella et d'Emmanuelle Phaneuf, prise lors de la fête d'anniversaire de M. Tartamella, chez sa mère, Vita Fontana, au mois d'août 2011.

PHOTO PRÉSENTÉE À LA COUR

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Qui est vraiment François Tartamella? Un être troublé au bord de la psychose ou un être narcissique hyper vigilant qui ne supportait pas la critique?

La personnalité de l'homme qui est accusé d'avoir tué son ex-conjointe Emmanuelle Phaneuf, 31 ans, et Laurie, la fille de 13 ans de cette dernière, a été longuement décortiquée et débattue au palais de justice de Longueuil, hier.

Au cours du contre-interrogatoire de la psychiatre Marie-Frédérique Allard, la Couronne a mis en doute l'hypothèse selon laquelle le stress, l'anxiété et la personnalité fragile de François Tartamella l'auraient fait basculer dans un état de psychose et de dissociation qui a culminé avec l'attaque au couteau contre sa belle-fille et la mère de ses deux fils.

La procureure de la Couronne, Me Sylvie Villeneuve, a suggéré que l'accusé n'était pas en proie à la panique autant qu'il l'a laissé entendre à la psychiatre.

La Couronne a aussi suggéré que l'accusé pouvait présenter des traits de personnalité narcissique hyper vigilante. La psychiatre a reconnu que ces traits se traduisent par un manque d'estime de soi, une peur d'être critiqué ainsi qu'une peur du rejet et que des éléments paranoïdes peuvent y être associés.

La psychiatre a toutefois maintenu qu'il n'était pas narcissique et que si même elle était dans l'erreur, cela n'enlèverait rien à son diagnostic de personnalité «fragile».

Le procès se poursuivra lundi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer