Espionnage industriel: Irving cite Davie de Lévis dans sa poursuite

Dans sa poursuite, Irving allègue qu'un employé a... (Photo Jean-Marie Villeneuve, Archives Le Soleil)

Agrandir

Dans sa poursuite, Irving allègue qu'un employé a emporté avec lui des documents et des dossiers numériques contenant des informations confidentielles touchant l'entreprise, et en aurait fourni une partie ou l'intégralité à d'autres employés des chantiers Davie.

Photo Jean-Marie Villeneuve, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
HALIFAX, N.-E.

La société Irving Shipbuilding a ajouté les chantiers maritimes québécois Davie, de Lévis, à la liste des défendeurs dans une poursuite intentée contre l'un de ses anciens employés qui aurait dérobé des informations confidentielles.

La déclaration d'Irving auprès de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse a été modifiée pour y inclure Davie, où travaille désormais Jared Newcombe en tant que chef de l'exploitation, après avoir quitté les chantiers Irving en avril dernier.

Dans sa poursuite, Irving allègue que M. Newcombe a emporté avec lui des documents et des dossiers numériques contenant des informations confidentielles touchant l'entreprise, et en aurait fourni une partie ou l'intégralité à d'autres employés des chantiers Davie.

Le document judiciaire de la poursuite stipule que «Newcombe n'avait aucun besoin ou motif professionnel de télécharger ou de copier les documents et les informations».

Au dire de la compagnie Irving, la conduite du nouvel employeur de M. Newcombe équivaut à l'amener à violer ses engagements contractuels envers son ancien employeur.

Dans une déclaration de défense, M. Newcombe nie avoir violé le caractère confidentiel de son contrat avec Irving, et soutient que les informations n'appartenaient pas à son ancien employeur, puisqu'elles découlaient de son travail et qu'elles avaient été recueillies auprès d'autres sources au sein de l'industrie.

«Les informations provenaient de gabarits et de données que le personnel des chantiers Irving utilisait en provenance d'autres sources, plaide le document. Dans le cas contraire, si ces informations étaient confidentielles - ce qui n'est pas admis mais plutôt nié -, le défendeur ne les a pas utilisées à mauvais escient.»

Les allégations n'ont pas été prouvées en cour. Les chantiers Davie n'ont pas répondu à une demande de commentaire.

Les deux compagnies étaient en compétition, en octobre 2011, pour l'octroi d'un contrat de 25 milliards $ visant la construction de plusieurs navires militaires destinés au gouvernement fédéral, un appel d'offres remporté par Irving.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer