Cinq ans de prison pour avoir caché un arsenal

Les enquêteurs Gangs de rue de la région... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, Archives LA PRESSE)

Agrandir

Les enquêteurs Gangs de rue de la région ouest, aidés de leurs collègues du groupe tactique d'intervention du SPVM, avaient trouvé une dizaine d'armes, plus de 500 balles, trois chargeurs, un silencieux, des déguisements, des chemises de la police provinciale de l'Ontario, des cocktails molotov et plus de 80 grammes de cocaïne chez Chamoun.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, Archives LA PRESSE

Un homme chez qui les policiers ont découvert un inquiétant arsenal il y a un an, dans l'ouest de Montréal, a été condamné à cinq ans de prison, vendredi.

Ziad Antoine Chamoun... (Photo fournie par la police) - image 1.0

Agrandir

Ziad Antoine Chamoun

Photo fournie par la police

Des chemises de la police provinciale de l'Ontario... - image 1.1

Agrandir

Des chemises de la police provinciale de l'Ontario avaient été trouvées chez lui.

Après avoir reçu une information d'une source, les enquêteurs Gangs de rue de la région ouest, aidés de leurs collègues du groupe tactique d'intervention du SPVM, avaient trouvé une dizaine d'armes, plus de 500 balles, trois chargeurs, un silencieux, des déguisements, des chemises de la police provinciale de l'Ontario, des cocktails molotov et plus de 80 grammes de cocaïne chez Chamoun, sur la rue Deslauriers, dans le secteur Pierrefonds. Six des armes étaient des fusils de chasse dument enregistrés, mais les autres étaient des pistolets et un revolver prohibés. Tout indique que le logement de Chamoun servait de cache pour un groupe criminel quelconque, mais aucune preuve en ce sens n'a été démontrée, l'accusé ayant rapidement plaidé coupable à six accusations qui pesaient contre lui.

Atteint d'une maladie grave, la sentence de Chamoun a été retardée, pour lui permettre de subir des traitements médicaux.

Vendredi, c'est résigné, mais serein que Chamoun a pris le chemin de la détention, sous l'oeil vigilant du constable spécial qui l'a escorté.

Le vendeur de voitures de 45 ans n'a aucun antécédent judiciaire et n'a pas brisé ses conditions de remise en liberté. La juge Sylvie Durand de la Cour du Québec en a tenu compte, de même que de sa santé fragile, en se rendant à la suggestion commune de cinq ans de prison proposée par la Poursuite et la Défense.

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le (514) 285-7000, poste 4918




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer