N.-É.: premier jugement en vertu de la Loi sur la cybersécurité

La juge Heather Robertson a affirmé en audience... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La juge Heather Robertson a affirmé en audience de la cour à Halifax qu'elle avait suffisamment d'information pour déterminer qu'il s'agit d'un cas de cyberintimidation en vertu de la loi.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
HALIFAX, N.-E.

Un premier jugement a été rendu en Nouvelle-Écosse en vertu de la loi contre la cyberintimidation adoptée dans la foulée de l'affaire Rehtaeh Parsons, cette jeune fille qui s'est enlevée la vie à la suite de gestes allégués d'intimidation via les médias sociaux.

Rehtaeh Parsons avait 17 ans quand elle s'est... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE) - image 1.0

Agrandir

Rehtaeh Parsons avait 17 ans quand elle s'est suicidée en avril après avoir été victime de cyberintimidation, selon sa famille.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Une juge de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse a imposé mardi une ordonnance de prévention de la cyberintimidation contre un homme accusé d'avoir utilisé Facebook pour afficher des déclarations diffamatoires et des menaces à l'endroit d'une chef autochtone.

Andrea Paul, chef de la Première Nation de Pictou Landing, alléguait que Christopher George Prosper avait publié des commentaires obscènes et abusifs à propos de sa famille et d'elle-même sur Facebook l'an dernier.

Mme Paul a pris contact avec l'unité CyberSCAN de la province, qui est la première du genre au pays à être chargée d'enquêter sur les plaintes de cyberintimidation.

La juge Heather Robertson a affirmé en audience de la cour à Halifax qu'elle avait suffisamment d'information pour déterminer qu'il s'agit d'un cas de cyberintimidation en vertu de la loi, et que les gestes de Prosper avaient porté atteinte à la réputation de la chef autochtone et à sa santé psychologique.

L'ordonnance de la cour est imposée pour une année; elle prévoit que Prosper doit retirer tous les messages assimilés à de la cyberintimidation, ne pas entrer en contact avec Andrea Paul et cesser ses gestes de cyberintimidation.

L'homme n'était pas présent en Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, mardi, et n'était pas non plus représenté par un avocat.

La Loi sur la cybersécurité a été adoptée après la mort très médiatisée de Rehtaeh Parsons, une adolescente de 17 ans qui s'était suicidée en avril dernier.

Sa famille a affirmé que Rehtaeh avait été victime d'intimidation pendant des mois après qu'une photo d'elle la montrant supposément en train d'être agressée sexuellement en novembre 2011 a été largement diffusée dans son entourage scolaire.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer