Chiheb Esseghaier s'en remet à Dieu

Chiheb Esseghaier... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Chiheb Esseghaier

Photo La Presse Canadienne

Partager

Clément SABOURIN
Agence France-Presse
Toronto

Le principal suspect islamiste dans l'affaire de l'attentat déjoué contre un train au Canada a comparu mercredi à Toronto, apparaissant confiant et rejetant d'avance la justice canadienne, car, pour lui, «seul Dieu est parfait».

Chiheb Esseghaier: un homme impulsif et colérique

Complot terroriste: l'accusé montréalais vivait comme un sans-abri

Scientifique arrivé au Québec en 2008, Chiheb Esseghaier avait été arrêté lundi, présenté à un juge de Montréal le lendemain, avant d'être transféré dans la capitale économique canadienne où cette affaire est instruite.

Selon la police les deux suspects étaient soutenus par des éléments d'Al-Qaïda basés en Iran, ce que Téhéran dément.

A la juge Susan Hilton qui lui demandait s'il voulait connaître les cinq chefs d'accusations qui pèsent contre, Chiheb Esseghaier décline: «Je les ai déjà lus.»

Qu'importe, la magistrate les fait répéter: complot afin de nuire à un transport public, complot pour commettre un meurtre, participation aux activités d'un groupe terroriste (deux chefs), incitation à participer à des activités terroristes.

Vêtu d'un jogging bleu foncé comme depuis son arrestation, de petites lunettes, une barbe noire fournie, il écoute calmement la magistrate énoncer la suite des procédures, le menton posé sur la rambarde du box des accusés.

Il comparaîtra à nouveau le 23 mai, comme son coaccusé Raed Jaser, qui avait été présenté à la juge la veille et inculpé pour trois chefs d'accusations. Tous les deux resteront détenus d'ici là et ont interdiction de communiquer entre eux.

Avant que l'audition ne s'achève, M. Esseghaier demande à prendre la parole.    La magistrate avertit l'homme de 30 ans né à Tunis: «Tout est enregistré dans le dossier et pourrait être retenu contre vous». Il répond de manière posée qu'il connaît ces règles et se lance, devant une vingtaine de journalistes agglutinés dans la salle étroite.

«Seul le Créateur est parfait»

«Toutes les conclusions (de la justice à son égard) sont basées sur le Code criminel et nous savons tous que le Code criminel n'est pas un livre saint, il est écrit par des êtres qui ne sont pas parfaits, car seul le Créateur est parfait», affirme en bon anglais celui qui souhaite se défendre lui-même, sans avocat.

«Donc nous ne pouvons pas fonder nos jugements» sur ces écrits, ajoute-t-il.

La police canadienne accuse les deux hommes d'avoir voulu faire exploser un train de passagers dans la région de Toronto. Selon plusieurs médias, le projet visait à faire dérailler un train alors qu'il traversait un pont au-dessus des chutes du Niagara, à la frontière canado-américaine.

Depuis la conférence de presse annonçant leur arrestation, lundi, les autorités sont restées avares de détails, invoquant l'enquête toujours en cours.

L'édition de mercredi du Wall Street Journal, citant deux sources dans l'administration américaine, rapporte que les Canadiens souhaitaient appréhender MM. Jaser et Esseghaier il y a déjà deux semaines, mais en ont été dissuadés par leurs collègues américains, qui souhaitaient aller plus loin dans l'investigation.

L'attentat de Boston la semaine dernière, qui a fait trois morts et quelque 260 blessés, a toutefois décidé les Canadiens à intervenir, écrit le WSJ.

Les enquêteurs canadiens avaient précisé lundi qu'aucune attaque n'était imminente et que le projet n'en était qu'au stade de la conception. Selon les sources du quotidien financier américain, les suspects ne s'étaient en effet pas encore procuré d'explosifs.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer