Tanya St Arnauld témoigne à l'enquête préliminaire de son agresseur

Tanya St Arnauld en compagnie de sa mère,... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Tanya St Arnauld en compagnie de sa mère, Lynda.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est au naturel, sans perruque ni maquillage pour cacher ses cicatrices, que Tanya St Arnauld s'est présentée, ce matin, pour témoigner à l'enquête préliminaire de son ex-conjoint, Nikolas Stefanatos.

L'homme de 27 ans, qui aurait lancé de l'acide sur Mme St Arnauld au cours d'une querelle, le 26 août dernier, est accusé de voies de fait grave, de voies de fait ayant causé des lésions et d'agression armée. C'était la première fois que la jeune femme le voyait depuis les terribles événements qui l'ont gravement brûlée et qui ont fait basculer sa vie.

Une ordonnance de non-publication nous empêche de dévoiler le contenu des témoignages rendus pendant l'enquête préliminaire. Au cours de son récit, Mme Saint Arnauld a quelquefois regardé en direction de l'accusé qui, lui, restait impassible et regardait droit devant lui.

Les cicatrices de Mme St Arnauld témoignent de la gravité de ses blessures et laissent supposer la douleur qu'elle a dû endurer. Celle qui exerçait le métier de coiffeuse a maintenant deux grandes plaques de chair nue sur le crâne, où, manifestement, les cheveux ne repoussent pas. Mme St Arnauld porte un chandail à manches courtes qui laisse voir les marques et les cicatrices qui courent sur ses deux bras, à l'arrière de son cou et sur le haut de sa poitrine.

Au moment de l'ajournement pour la pause du dîner, elle était contre-interrogée par Me Mélanie Grégoire, qui représente l'accusé. L'exercice se poursuivra cet après-midi. Lynda St Arnauld, mère de la victime, s'est adressée brièvement aux médias, ce midi. Elle a décrit sa fille comme une «combattante au fort instinct de survie».

Sa fille a eu plusieurs interventions chirurgicales douloureuses et a passé des moments très difficiles. Mais elle est psychologiquement forte. Au sujet de l'attitude de sa fille pendant son témoignage, Mme St Arnauld a raconté: «Elle veut qu'il la regarde et qu'il voie ce qu'il lui a fait. C'est atroce de s'être fait infliger ça. Elle veut qu'il voie.»

L'histoire de Mme St Arnauld a été médiatisée aux États-Unis, récemment, à l'émission animée par le journaliste vedette Anderson Cooper. Mme St Arnauld s'est rendue à New York pour y participer. Sur le plateau, elle a appris qu'une dermatologiste de Miami, la Dre Jill Waibel, lui offrait un vol vers la Floride, où elle pourrait lui donner des traitements au laser afin de diminuer l'apparence de ses cicatrices. Ces traitements devraient commencer sous peu, selon son frère, Maxime Gosselin. «Les démarches sont commencées. Ça aussi, c'est un méchant cadeau, on est très, très contents de ça. Il y aura plusieurs traitements, mais on ne sait pas encore combien.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer