Elle raconte sa vie de «gangsta bitch»

Evgueni Mataev...

Agrandir

Evgueni Mataev

Partager

Héroïne, cocaïne, alcool, sexe brutal et sur commande avec des files d'hommes, coups, peur de mourir et totale soumission à Evgueni Mataev, celui qui la présentait comme sa «gangsta bitch». Telle a été la vie de Sandy entre le 1er septembre 2010 et le 13 mars 2011.

C'est du moins ce qui se dégage du poignant témoignage qu'une jeune femme de 25 ans a fait, mercredi, au procès d'Evgueni Mataev et de ses quatre coaccusés - Vasilios Mastoropoulos, 35 ans, Danial Youssef, 33 ans, Harold Benoît, 35 ans, et Benjamin Oswald Hernandez, 35 ans.

Pour les sévices que Sandy aurait subis, les cinq hommes ne font pas tous face aux mêmes accusations. À des degrés divers, ils sont accusés de traite de personnes, de proxénétisme, d'agressions sexuelles, de séquestration ou d'incitation à commettre des vols. Mataev est également accusé de tentative de meurtre sur un homme et d'agression sexuelle sur une autre femme.

Originaire de Saint Louis, au Missouri, Sandy est arrivée à Montréal à l'été 2008 ou 2010 avec son conjoint, qui était violent et l'obligeait à danser et à se prostituer pour qu'ils aient de l'argent.

Après avoir quitté cet homme, Sandy a fait la connaissance d'Evgueni Mataev dans une fête. L'homme paraissait charmant et intelligent. Il l'a séduite dès ce soir-là. Avant d'avoir une relation sexuelle avec elle, il lui a demandé ce qu'elle ferait s'il la giflait. Elle lui a répondu: «Je te rendrais la pareille.» Il l'a frappée, elle l'a frappé. Il l'a frappée de nouveau et lui a fait comprendre qu'elle ne devait pas répliquer. Il lui a tiré les cheveux et lui a ordonné de «sniffer» une ligne de cocaïne, même si elle se sentait malade d'avoir trop bu. Il voulait en faire sa fille, sa «gangsta bitch». Il l'a mise à l'épreuve dès ce soir-là: elle a dû avoir des relations sexuelles avec la dizaine d'hommes qui se trouvaient à la fête.

«Ils baissaient leur pantalon, ils se chicanaient pour savoir qui allait passer en premier. Plusieurs avaient des tatouages, ils parlaient en russe et en hébreu. Après, il y en a qui voulaient recommencer», a raconté la jeune femme, qui témoigne par vidéoconférence.

«Kit sexy» pour ses amis

Mataev l'a ensuite placée dans un appartement où il n'y avait jamais rien à manger, mais où la drogue et le cognac coulaient à flots. Chaque jour, Sandy devait revêtir un «kit sexy» pour accueillir les amis et connaissances de Mataev. Ceux qui avaient de l'argent pouvaient avoir une relation sexuelle avec elle.

Un jour, Mataev a décidé de faire un film avec un des téléphones cellulaires qu'il allait introduire en douce à la prison de Rivière-des-Prairies. «Il m'a fait danser au poteau et me disait ce que je devais faire avec mon cul. Puis, il m'a pénétrée avec son pistolet, qu'il tournait dans mon vagin. Je sentais l'arme frapper mes os, je l'ai supplié d'arrêter, mais il continuait et disait: «C'est ma gangsta bitch

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer