Cynthia Vanier attend qu'un juge mexicain décide de son sort

Mexico considère la Canadienne Cynthia Vanier comme le... (Photo: Archives AP)

Agrandir

Mexico considère la Canadienne Cynthia Vanier comme le cerveau du projet de fuite de Saadi Kadhafi (photo).

Photo: Archives AP

Partager

Diana Mehta
La Presse Canadienne
Toronto

La famille de Cynthia Vanier, accusée d'avoir tenté de faire entrer le fils du défunt dictateur libyen Mouammar Khadafi au Mexique, estime que son procès arrive à un moment crucial.

La Canadienne est détenue dans une prison mexicaine depuis plus d'un an. Elle attend à présent de faire son plaidoyer final devant un juge qui devra ensuite décider si sa cause sera entendue devant un tribunal ou si les accusations pesant contre elle seront retirées.

La mère de Mme Vanier espère de tout coeur que le juge choisira cette dernière option, qui garantirait la libération et le retour au Canada de sa fille de 53 ans. Betty MacDonald dit cependant craindre le pire, disant se préparer pour «les extrêmes», car ceux-ci «sont privilégiés» à son avis.

Dans sa maison de Brampton, en Ontario, la femme de 73 ans se rappelle des moments où la famille a cru que Mme Vanier allait être remise en liberté «momentanément», après quoi des décisions ont fait en sorte qu'elle est demeurée détenue, causant une déception «trop importante» pour que la famille se permette désormais autant d'espoir.

Cynthia Vanier, originaire de Mount Forest en Ontario, a été arrêtée au Mexique en novembre 2011, puis accusée en février par les autorités mexicaines d'avoir planifié l'entrée illégale au Mexique d'Al-Saadi Kadhafi, l'un des fils de Mouammar Khadafi. Elle a d'abord été emprisonnée dans la ville de Mexico, puis elle a été transférée dans une prison à sécurité réduite de Chetumal, dans le sud du pays.

Les procédures judiciaires, que Mme MacDonald compare à des interrogatoires préalables au procès, devaient se terminer la semaine dernière, mais elles ont été repoussées à une date non précisée dans les prochaines semaines.

«Elle semblait davantage elle-même quand je lui ai parlé qu'elle ne l'a été dans la dernière année. Elle paraissait forte et confiante», a dit Mme MacDonald à propos de sa plus récente conversation téléphonique avec sa fille.

«Elle a toujours été forte. C'est nous qui ne l'avons pas toujours été. Cyndy a eu une attitude remarquable dans cette histoire.»

Les procureurs soutiennent que Mme Vanier et au moins trois autres personnes ont comploté afin de faire entrer Al-Saadi Kadhafi et des membres de sa famille au Mexique en louant un avion pour leur permettre d'entrer au pays. Selon eux, le plan a échoué parce que les pilotes des avions ont refusé de procéder à des atterrissages secrets.

Mme Vanier clame son innocence depuis le début des procédures, et martèle que son seul lien avec la Libye est la firme d'ingénierie et de construction SNC-Lavalin, qui mène plusieurs projets lucratifs dans ce pays du Moyen-Orient.

En février 2012, la firme a annoncé la démission de deux de ses cadres après avoir admis que les comportements de ses employés avait été questionnés publiquement. Peu de temps avant, un rapport avait fait état de troubles au sein de SNC-Lavalin en raison de son implication avec Mme Vanier.

Al-Saadi Kadhafi a nié avoir tenté de s'enfuir au Mexique. Il a quitté la Libye au début de 2012, après la chute du régime de son père. Le Niger lui a accordé le statut de réfugié.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer