Policier battu au Mexique: les présumés agresseurs face à la justice

Marc-André Lachance... (PHOTO LA PRESSE)

Agrandir

Marc-André Lachance

PHOTO LA PRESSE

Partager

Daniel Renaud
La Presse

Marc-André Lachance et Shane Kenneth Maloney subiront leur procès pour avoir intimidé un enquêteur du SPVM qui avait été auparavant violemment battu par Lachance et d'autres individus, à Playa Del Carmen, au Mexique, le 9 janvier 2011.

Dans un jugement très attendu rendu vendredi après-midi, le juge Claude Parent de la Cour du Québec a statué que cette affaire relevait des tribunaux canadiens même si le crime a été commis dans un autre pays.

«Il existe manifestement ce lien important entre les menaces proférées au Mexique et le Canada. Les paroles prononcées par Maloney ("s'il arrive quoi que ce soit à mon ami, tu vas y passer") avaient clairement pour objectif d'intimider l'enquêteur dans ses fonctions de policier au Canada. Le message était clair: "Si Lachance se fait arrêter, tu vas mourir"», écrit le magistrat dans sa décision de cinq pages.

La décision a jeté une douche froide sur les deux accusés et leurs trois avocats.

Shane Kenneth Maloney... (PHOTO LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Shane Kenneth Maloney

PHOTO LA PRESSE

Dans le box vitré, Maloney a affiché un air dépité pendant que Lachance s'est tourné vers des membres de sa famille assis dans la salle, en hochant la tête.

À l'ouverture du procès lundi, la défense a fait valoir que les accusés ne pouvaient être jugés pour un crime commis dans un autre pays comme le stipule l'article 6 du Code criminel.

En réplique, la poursuite a plaidé que les impacts et les effets de ces menaces se sont fait sentir au Québec.

Un véritable calvaire

Le policier a raconté comment il a été battu par des individus, dont Marc-André Lachance, et interrogé par Shane Kenneth Maloney. Il a aussi exposé les craintes qu'il a ressenties après avoir été libéré par les accusés.

Toute cette affaire a commencé lorsque l'enquêteur et sept collègues avec lesquels il était en vacances, ont aperçu sur la plage et dans le bar deux policiers de Montréal et de Longueuil donner des poignées de main et faire des accolades à des individus portant des tatouages semblables à ceux des motards criminels, et Marc-André Lachance, qui faisait alors l'objet d'une enquête de la Sûreté du Québec.

L'enquêteur a tenté de prendre des photos de Lachance et des policiers qu'il croyait corrompus, mais il a été découvert et maîtrisé par des portiers.

Le SPVM et la Police de Longueuil ont imposé des sanctions aux deux policiers qui ont été vus fraternisant avec des individus louches au Mexique et ouvert des enquêtes qui ne sont pas terminées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer