Retrait du comptoir des Hells à l'Expo de Saint-Hyacinthe: le MAPAQ satisfait

Le comptoir de vêtements Support 81 de l'Exposition... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Le comptoir de vêtements Support 81 de l'Exposition agricole de Saint-Hyacinthe.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Le Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec est satisfait de la décision des organisateurs de l'Expo de Saint-Hyacinthe de mettre fin au contrat de location avec des individus qui vendaient des vêtements d'appui aux Hells Angels sur le terrain de la populaire foire agricole.

Le Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de... (CAPTURE D'ÉCRAN FACEBOOK) - image 1.0

Agrandir

CAPTURE D'ÉCRAN FACEBOOK

La pression populaire et le mécontentent du ministre Laurent Lessard, dont l'organisme est l'un des plus importants partenaires financiers de l'événement, ont eu raison des supporteurs des Hells Angels, qui ont démantelé leur comptoir de vêtement à l'effigie du groupe de motards et quitté les terrains de la populaire foire agricole ce mercredi matin.

Comme souvent un malheur ne vient jamais seul : la roulotte transportant les vêtements et le véhicule qui la tirait ont été interceptés par les patrouilleurs de la Sûreté du Québec en milieu d'après-midi sur l'autoroute 55, dans les Cantons-de-l'est. Selon nos informations, les policiers ont constaté que les frais d'immatriculation n'auraient pas été payés et ils ont fait remorquer les deux véhicules.

Un ministre se fâche

C'est Le Journal de Montréal qui a révélé la présence controversée de cette caravane de vêtements dans l'un des secteurs les plus passants de l'exposition. Le comptoir, où des sympathisants des Hells Angels vendaient des vêtements affichant Support 81 - 81 pour les huitième et première lettres de l'alphabet, H et A, pour Hells Angels - était installé depuis le 27 juillet. Il devait demeurer jusqu'à la fin de l'exposition, le 5 août, mais les responsables de l'événement ont demandé ce matin aux vendeurs de vêtements de quitter les lieux, en raison du tollé soulevé par leur présence.

«Considérant les informations rendues publiques ce matin quant à la présence d'un kiosque lié aux Hells Angels à l'expo agricole et alimentaire de Saint-Hyacinthe, j'ai exigé que l'événement mette fin immédiatement à leur entente contractuelle (sic). Je ne peux pas approuver que mon ministère accorde une aide financière à un événement qui a un quelconque lien avec une organisation criminelle reconnue. Les promoteurs se doivent de faire preuve de rigueur dans les partenariats qu'ils concluent», a écrit le ministre Lessard sur sa page Facebook ce matin.

Un quart de million

Le Ministère de l'Agriculture a versé 277 000$ à l'organisation de la foire de Saint-Hyacinthe cette année, par le biais d'un programme d'appui aux expositions agricoles. Le porte-parole de l'événement, Gaston Doré, a confirmé à La Presse que la direction avait tenu compte de la position du ministre et de «messages de mécontentement» reçus ces derniers jours. «Nous n'avons pas aimé ça. C'est le public qui a réagi. On s'est parlé et on a décidé de leur demander de quitter l'exposition», affirme M. Doré.

Les responsables du kiosque avaient versé 1800$ plus taxes pour pouvoir vendre leurs produits jusqu'au cinq août. Le contrat a été rompu et les deux parties se sont entendues sur un montant qui n'a pas été révélé. «Ça a bien été. Nous n'avons pas eu de problèmes avec eux, ils ne se sont pas affichés sur le terrain», ajoute M. Doré selon qui c'est la première fois qu'un comptoir de sympathisants des Hells Angels s'est retrouvé sur le terrain de la plus grosse exposition agricole au Québec, en 180 ans d'histoire.

Selon M. Doré, lorsqu'ils ont loué l'emplacement, les vendeurs de vêtements se sont présentés comme l'entreprise «Support 81, liée aux Hells Angels».

«Mais il n'y avait aucun article qui affichait les mots Hells Angels. Mais quand on regarde ça avec le recul, c'est vrai que ce fût une erreur d'accepter ça. On va faire un post mortem et ajouter des critères pour les prochains exposants, de façon à ce que cela ne se reproduise plus», promet M. Doré. Dans un communiqué émis plus tôt, la direction de l'exposition s'est dissociée «de quelconques associations avec des groupes criminalisés et/ou prônant la violence», et s'est excusée «auprès des visiteurs de l'inconfort que la présence du comptoir a pu causer».

Une caravane qui voyage

Sur la page Facebook du groupe Support 81, il est annoncé que le comptoir de vente de vêtements était présent lors d'un événement à Lachute à la mi-juillet et que la caravane sera au Thunder Bike Show - l'équivalent estival du Bike et Tattoo Show - à Sanair à la mi-août.

La police dit avoir la preuve que les profits de la vente de vêtements servent à payer les avocats des Hells Angels qui font face à la justice. Les comptoirs de vente de vêtements en appui aux Hells Angels sont souvent opérés par des membres de leurs clubs-écoles ou sympathisants.

Il y a une douzaine de jours, le sous-commissaire de la Gendarmerie Royale du Canada, Gilles Michaud, a déclaré à La Presse avoir constaté que les Hells Angels étaient en campagne pour se rapprocher des citoyens. «Pourtant, ce sont des criminels violents qui vendent de la drogue à nos jeunes, il faut changer ça», a dit le haut gradé, annonçant qu'une campagne de sensibilisation auprès de la population sera bientôt lancée.

***

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 9514) 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer