Femme enceinte poignardée: le conjoint arrêté, le bébé meurt

La police de Montréal confirme que des agents... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

La police de Montréal confirme que des agents s'étaient rendus à l'appartement du couple hier soir en raison d'une dispute conjugale.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une femme enceinte de huit mois a été poignardée à répétition par son conjoint dans un appartement de l'arrondissement de Montréal-Nord la nuit dernière, provoquant la mort de l'enfant qu'elle portait.

La dame a été sauvée par les services d'urgence, mais son bébé, qui a dû être extrait d'urgence par les médecins, n'a malheureusement pas survécu, malgré tous les efforts du personnel hospitalier.

La police de Montréal confirme que des agents s'étaient rendus dimanche soir à l'appartement du couple situé sur le boulevard Langelier, près de la rue Pascal, en raison d'une dispute conjugale. Personne n'avait été arrêté, mais par mesure préventive, les agents auraient suggéré à la femme  de enceinte de 33 ans de confier ses deux autres jeunes enfants à sa famille.

Lundi, vers 2h30 du matin, un nouvel appel a été fait au 9-1-1.

«Pour une raison encore inconnue pour le moment, le conjoint de la dame l'aurait poignardée plusieurs reprises au haut et au bas du corps», raconte l'agent Manuel Couture, porte-parole du SPVM.

La dame grièvement blessée a été transportée à l'hôpital et elle est maintenant hors de danger.

Le suspect, âgé de 37 ans, qui avait pris la fuite avant l'arrivée des policiers, a finalement été épinglé à proximité du lieu du drame.

Selon la voisine ayant contacté les policiers, la victime en était à son dernier mois de grossesse. Noëlla Bernier dit avoir entendu des cris avant que la femme ne se présente à sa porte, le ventre ensanglanté.

«Elle était blessée, toute pleine de sang, partout, raconte-t-elle. Elle était pleine de trous.»

Accusations

M. Brabant précise que des accusations seront sans doute portées contre le suspect même si la victime décide de ne pas porter plainte.

«Dans un cas de violence conjugale, par la loi, les policiers, pour la sécurité de la dame, vont porter plainte et vont faire le rapport et les démarches d'enquête pour localiser et porter des accusations, alors même si la dame ne voulait pas porter d'accusations contre l'individu, les policiers ont le devoir de le faire.»

Vol relié ?

Le porte-parole confirme par ailleurs qu'un vol qualifié ayant eu lieu quelques heures après l'incident dans le secteur de Rosemont pourrait être lié au suspect.

«Avec les éléments qui avaient été recueillis sur les lieux par les policiers, la description de suspect et de véhicule qui avaient été vus par des témoins de l'événement, quelques informations concordaient avec la description du suspect impliqué dans la tentative de meurtre de Montréal-Nord. Alors présentement, deux enquêtes sont faites conjointement pour savoir si c'est le même individu.»

- Avec La Presse canadienne




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer