Les cadavres d'une Ontarienne et de son copain américain trouvés au Bélize

Une Canadienne et son conjoint américain qui ont été portés disparus pendant... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Liam Casey
La Presse Canadienne

Une Canadienne et son conjoint américain qui ont été portés disparus pendant des jours au Bélize sont morts par strangulation, a annoncé mardi la police locale, alors que les proches du couple ont encore du mal à croire ce qui leur est arrivé.

Les corps de Francesca Matus, une Torontoise âgée de 52 ans, et de Drew DeVournsey, un Américain originaire de la Géorgie âgé de 36 ans, ont été trouvés lundi après-midi dans un champ de canne à sucre dans le district de Corozal.

Le cadavre de M. DeVournsey était par-dessus celui de Mme Matus et les deux étaient en «état avancé de décomposition».

Les autorités ont précisé que les deux décès étaient considérés comme des homicides.

Le couple manquait à l'appel depuis mardi dernier; l'homme et la femme avaient été aperçus en train de sortir d'un bar vers 23 h. Des dizaines de ressortissants canadiens et américains avaient participé aux recherches.

Dimanche après-midi, la voiture de Mme Matus avait été découverte dans un champ de canne à sucre situé à environ 15 kilomètres du bar.

Le policier Zamir Noh a affirmé que les corps avaient été découverts lundi, en fin de journée, dans un autre champ, mais ils n'étaient pas près de la voiture.

Des proches ont raconté que le couple se fréquentait depuis quelques mois.

Mme Matus devait revenir au Canada mercredi dernier, mais lorsque son ami, Joe Milholen, est arrivé à l'endroit où elle séjournait pour la reconduire à l'aéroport, sa voiture n'était pas là et la maison était verrouillée. M. Milholen dit avoir retrouvé ses valises, son passeport et son argent à l'intérieur de la résidence.

«Elle aimait être là-bas et elle se sentait en sécurité», a confié sa cousine, Ivana Pucci.

Elle laisse dans le deuil ses deux fils jumeaux, son frère et sa mère, qui vivent leur deuil dans la région de Toronto.

En Georgie, la mère de M. DeVournsey, Char, dit avoir appris la mort de son fils par l'ambassade des États-Unis au Bélize.

«Je ne peux rien faire d'autre que d'être assise, penser et pleurer. C'est tout ce que je peux faire en ce moment», a-t-elle affirmé.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer