Le confident de Vito Rizzuto tué à Laval

Vincenzo Spagnolo photographié par La Presse lors des... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Vincenzo Spagnolo photographié par La Presse lors des funérailles de Rocco Sollecito, en juin dernier.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Le mafioso Vincenzo Spagnolo, ancien bras-droit et ami du défunt parrain Vito Rizzuto, a été assassiné samedi soir à Laval.

Pour le moment, on ignore les circonstances du crime. Il semble que Vincenzo Spagnolo, qui venait à peine de célébrer ses 65 ans, se trouvait chez lui, sur la rue Antoine-Forestier, dans le quartier Vimont, lorsqu'il a été atteint par balles vers 17h30. Il aurait été transporté à l'hôpital où son décès a été constaté. Puisqu'il s'agit d'un meurtre lié au crime organisé, les policiers de Laval ont remis le dossier à leurs collègues des Crimes contre la personne de la Sûreté du Québec.

Vincenzo Spagnolo était le meilleur ami et le confident de Vito Rizzuto, ancien parrain de la mafia montréalaise mort de façon naturelle en décembre 2013. Certaines sources affirment même que les deux hommes étaient cousins. Vincenzo Spagnolo était l'un de ceux qui avaient accueilli le parrain à Toronto, en octobre 2012, lorsque Vito Rizzuto est revenu au Canada, après avoir passé six ans dans les geôles américaines pour sa participation aux meurtres de trois capitaines du clan Bonanno commis à New York en 1981.

Alors qu'il était en prison au Québec, en attente d'être extradé aux États-Unis, Vito Rizzuto appelait Vincenzo Spagnolo presque autant que sa femme, révèle le livre Mafia inc des journalistes André Cédilot et André Noël.

Après l'arrestation de Vito Rizzuto pour une affaire de 32 tonnes de haschisch saisies au large de Sept-Îles en 1988, Vincenzo Spagnolo était prêt à payer un million de dollars pour la caution de son ami, rappellent également Cédilot et Noël.

Spagnolo a déjà été propriétaire de salles de réception, dont le buffet Roma. Selon nos informations, il aurait -encore aujourd'hui- été propriétaire silencieux du Romcafé de Laval, dont Vito Rizzuto a fait son quartier général lors de sa sanglante reprise du pouvoir à l'automne 2012 et à l'hiver 2013. Spagnolo aurait également contrôlé, du moins jusqu'à récemment, le café Bellerose, un autre chef-lieu du clan des Siciliens à Laval ciblé par un cocktail Molotov il y a quelques semaines.

En janvier 2003, Vincenzo Spagnolo était au nombre des sept accompagnateurs -parmi eux Giuseppe Di Maulo et Francesco Arcadi- qui ont effectué un voyage de golf avec Vito Rizzuto en République dominicaine, alors qu'ils étaient surveillés de près par les enquêteurs de la vaste enquête anti-mafia Colisée.

En octobre 2014, plusieurs individus liés au clan des Siciliens étaient réunis au restaurant Buonanotte pour célébrer l'anniversaire de Vincenzo Spagnolo lorsque les policiers de l'escouade Eclipse se sont invités à la fête.

Même s'il était très présent dans l'entourage de l'ex-parrain, Vincenzo Spagnolo n'était pas reconnu comme étant très impliqué dans les opérations criminelles du clan. Des sources notent qu'il était pour Vito Rizzuto ce que Gaetan Gosselin a été pour Raynald Desjardins, et Vincenzo Scuderi, pour le défunt chef de clan Giuseppe De Vito. Scuderi et Gosselin, les hommes de confiance et ami de De Vito et Desjardins,  deux adversaires des Siciliens, ont été tués lors de la reprise du pouvoir par Vito Rizzuto à l'hiver 2013. «La mort de Spagnolo, c'est le même message. Certains le voient de cette façon. Votre règne est fini (les Siciliens), lâchez prise», a confié un observateur du milieu à La Presse.

La mort de Spagnolo pourrait avoir un impact sur le moral des restes du clan Rizzuto. Des sources avaient confié à La Presse que Raynald Desjardins avait été particulièrement éprouvé par la mort de son ami, Gaetan Gosselin.

Une chose est sûre, l'extermination systématique du clan de Siciliens semble se poursuivre, après les assassinats du dernier lieutenant de Vito Rizzuto, Rocco Sollecito, en mai dernier, et de Lorenzo Giordano en mars. Rappelons qu'il y a quelques semaines, des cocktails Molotov ont été lancés sur le café Bellerose mais également sur le bar Empire, autre fief des Rizzuto sur la rue Jean-Talon à Montréal.

Officiellement toutefois, la police considère toujours Stefano Sollecito, le fils de Rocco Sollecito, comme le chef de la mafia montréalaise, et que celle-ci est toujours à prédominance sicilienne, mais les choses changent lentement.

Le fils de Vincenzo Spagnolo, Nicola, aurait siégé sur la Table de direction de la mafia avant que celle-ci éclate à la suite de la mort de Rocco Sollecito.

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le (514) 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer