Importante fuite d'eau dans l'ouest du centre-ville de Montréal

Le geyser d'eau a jailli à l'intersection de... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Le geyser d'eau a jailli à l'intersection de la rue Saint-Antoine et de l'avenue Brewster à l'endroit où la conduite d'un diamètre d'environ 76 cm (30 pouces) s'est rompue.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une conduite principale d'aqueduc de presque un mètre de diamètre s'est brisée ce midi dans l'ouest du centre-ville de Montréal, provoquant un puissant geyser d'eau qui a inondé les rues près de la station de métro Lionel-Groulx et de Westmount.

Ce geyser d'eau a jailli à l'intersection de la rue Saint-Antoine et de l'avenue Brewster à l'endroit où la conduite d'un diamètre d'environ 30 pouces [76 cm] s'est rompue. Cette conduite de béton était relativement récente, puisqu'elle date du début des années 80.

«Il y avait un geyser d'une dizaine de mètres [de hauteur] avec beaucoup de débit et de pression. Puisqu'il y avait un débit d'eau extraordinaire, nous avons fermé le quadrilatère», a expliqué Martin Farmer, chef aux opérations au Service de sécurité incendie de Montréal (SIM). Un quadrilatère délimité par les rues Saint-Antoine, Rose de Lima, Notre-Dame et l'avenue Atwater était toujours fermé à la circulation en fin d'après-midi.

Quelques heures après le bris, l'accumulation d'eau dans les rues du secteur avait été absorbée par les égouts pluviaux. Quant au geyser de 10 mètres, il n'était plus qu'une fontaine de 30 centimètres. «Le [Service des] travaux publics [de l'arrondissement] a déjà ralenti le débit en fermant des vannes. On maintient toujours une pression d'eau pour éviter les contaminations. Les Travaux publics travaillent à refermer cette conduite majeure. Ce sont des opérations qui peuvent prendre plusieurs heures», a indiqué Martin Farmer.

La cause exacte du bris n'a pas encore été déterminée par les autorités. Mais selon les premières indications, «l'origine [du bris] semble être accidentelle, probablement due à des travaux», a affirmé à La Presse Philippe Sabourin, porte-parole de la Ville de Montréal. Des travaux effectués par un entrepreneur privé ont lieu cette semaine à cette intersection, a confirmé le chef aux opérations Martin Farmer. «Est-ce que ça a un lien avec les travaux ? Je n'ai pas la cause exacte du bris d'aqueduc.»

Néanmoins, Martin Farmer se réjouit qu'aucun immeuble visité par l'équipe de 50 pompiers n'ait subi de dommages importants en raison du bris majeur. «À notre grande surprise, les dégâts d'eau sont mineurs dans les résidences. Par contre, il y a des endroits qu'on n'a pas pu vérifier. Un serrurier va ouvrir toutes les portes avec les pompiers et les policiers pour vérifier tous les sous-sols impactés par le bris», a expliqué le chef aux opérations du SIM.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer