Attaque au Zoo de Granby: «Rien à reprocher à la lionne»

Après une journée de confinement, les trois lions... (Photo Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Après une journée de confinement, les trois lions du Zoo de Granby étaient de nouveau dans leur habitat extérieur, mardi.

Photo Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Zoo de Granby a confirmé mardi que la lionne qui s'en est pris à une employée lundi ne sera pas euthanasiée. Le comportement du félin a été jugé « normal » par les dirigeants du zoo, ce qui a justifié la décision. Une spécialiste en comportement animal croit d'ailleurs que la lionne voulait jouer, et non tuer sa gardienne.

Une lionne se repose au Zoo de Granby.... (Photo Janick Marois, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Une lionne se repose au Zoo de Granby. La direction n'a pas voulu confirmer s'il s'agissait de Kao.

Photo Janick Marois, La Voix de l'Est

Jacinthe Bouchard, spécialiste en comportement animal... (Photo fournie par Jacinthe Bouchard) - image 1.1

Agrandir

Jacinthe Bouchard, spécialiste en comportement animal

Photo fournie par Jacinthe Bouchard

« Si la lionne avait voulu la tuer, elle l'aurait fait en une seconde. L'animal n'était pas agressif, c'est la personne qui n'avait pas d'affaire là », explique d'emblée Jacinthe Bouchard, spécialiste en comportement animal.

« Elle a sauté, comme si elle jouait. Deux félins qui jouent ensemble, ils se lèvent sur leurs pattes arrière et se donnent des coups avec les pattes avant. Il ne faut pas s'imaginer qu'elle voyait la jugulaire et qu'elle avait soif de sang. Ça, c'est dans les films », expose la spécialiste, qui a acquis son expertise avec les animaux sauvages aux quatre coins du monde, notamment en Afrique du Sud et en Thaïlande. D'ailleurs, le Zoo de Granby avait fait appel à ses services pour l'entraînement des félins.

« On n'a rien à reprocher à la lionne. Elle a agi comme un chat, mais un chat de 800 livres, donne-t-elle en exemple. On fait de l'enrichissement avec eux, on leur donne des ballons, des barils. Alors, pour la lionne, c'était comme son jouet du matin. Mais c'est sûr que si la personne se débat et se met à crier, ça va exciter l'animal. Ça reste des animaux sauvages. »

SAUVÉE PAR UNE RÉACTION

La gardienne a été sauvée in extremis par un collègue. Quand ce dernier a réalisé que la lionne Kao s'en prenait à la jeune femme, il a réagi en aspergeant la bête et en utilisant un gaz pour la repousser. Une intervention qui a eu pour effet d'effrayer le prédateur.

« C'est une très bonne façon de réagir, croit Mme Bouchard. Ce sont des outils qui sont là au cas où, tout comme des tranquillisants et des pistolets. Mais des boyaux à pression, c'est la meilleure chose, parce que ça ne blesse pas l'animal, ça le surprend et ça l'enlève d'où il est. »

Elle s'explique mal, par exemple, pourquoi une telle méthode n'avait pas été utilisée au Zoo de Cincinnati, lorsqu'un bambin était tombé dans l'enclos d'un gorille. La bête avait été tuée pour libérer l'enfant.

« On en retrouve dans pratiquement toutes les institutions », précise-t-elle.

Après une journée de confinement, les trois lions du Zoo de Granby étaient de nouveau dans leur habitat extérieur, mardi.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer