Explosion d'un camion-citerne sur l'A40: une victime et un héros

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une victime et un héros. Les destins de deux camionneurs ont basculé à la suite d'une tragédie, mardi après-midi, lorsque Carol Bujold a tenté désespérément de sauver son confrère Gilbert Prince des flammes sur l'autoroute Métropolitaine, avant de le voir mourir sous ses yeux. Six autres personnes ont été blessées.

Malgré l'accident, malgré l'incendie, malgré la citerne de diesel à proximité, le routier a tiré de toutes ses forces sur les portières du camion, d'abord à mains nues, au point de se brûler, puis avec un outil de métal. En vain. (voyez la vidéo où Carol Bujold tente de sauver Gilbert Prince)

« Le feu progressait trop vite. Ensuite, le camion-citerne a pris feu et a explosé », a relaté Marc-André Ross, un témoin qui travaille en surplomb du lieu de l'accident.

Mardi soir, M. Bujold a été traité pour des brûlures aux mains. Il a rencontré les policiers pour raconter sa version des faits.

« C'est un méchant bon jack. Un gars qui se jetterait à la mer pour toi. Il doit être vraiment déçu de ne pas l'avoir sauvé », témoigne Lyne Ayotte, membre de la famille de M. Bujold.

Son patron chez Givesco, à Laval, abondait dans son sens. « C'est un gars exceptionnel », a indiqué Jean Carrière. M. Bujold n'a pas voulu accorder d'entrevue mardi soir. « Il a vu quelqu'un mourir dans un truck, mais il ne cherche pas à passer pour un héros. Il n'est pas ce type de personne, il ne cherche pas l'attention. »

« ACCEPTER TOUT CE QUI VIENT AVEC CE MÉTIER »

La victime, âgée de 52 ans, était père de quatre enfants et grand-père depuis quelques années. Il avait exercé différents métiers avant de devenir camionneur. Il s'était récemment tourné vers le transport local pour se rapprocher de sa famille. « Ce métier, tu dois le choisir et accepter tout ce qui vient avec », avait écrit M. Prince l'an dernier sur un forum virtuel destiné aux camionneurs, à propos des difficultés du monde des routiers.

Gilbert Prince est mort mardi le 9 août... (Photo tirée de Facebook) - image 2.0

Agrandir

Gilbert Prince est mort mardi le 9 août dans l'incendie de son camion-citerne, sur l'A40.

Photo tirée de Facebook

Mardi soir, des proches du camionneur étaient réunis devant sa maison de Sainte-Anne-des-Plaines. Atterrés, ils ont préféré ne pas parler aux médias. Une ambulance était sur les lieux.

Le camion-citerne appartenait à Transport EGGR, de L'Assomption, qui employait Gilbert Prince depuis trois ans. Les propriétaires de l'entreprise, Stéphane Houle et Robert Lamoureux, qui étaient en vacances, ont appris la tragédie en début de soirée.

« C'était un employé très professionnel, toujours de bonne humeur et souriant », a confié le directeur des opérations d'EGGR, Dany Gouger, qui avait parlé à M. Prince mardi matin, avant sa journée de travail. « Il avait une famille tricotée serré. C'est pour cette raison qu'il ne voulait plus faire du transport longue distance, pour se rapprocher d'eux. »

SIX BLESSÉS

Le camion-citerne de Gilbert Prince transportait du diesel, qui s'est enflammé et a explosé après une série de collisions à la hauteur de la rue Lajeunesse. La Sûreté du Québec évalue toutes les pistes dans son enquête, incluant une possible négligence criminelle. « Aucune possibilité n'est écartée à cette étape-ci. Ça peut aller du freinage brusque à la distraction, à la mauvaise mécanique des véhicules. Il n'y a pas d'hypothèses écartées », a déclaré en point de presse Jimmy Potvin, inspecteur-chef de la division de la Sécurité publique de la SQ.

« C'est une catastrophe importante », a affirmé le ministre des Transports Jacques Daoust. Les autorités ont appelé les automobilistes à la patience : la circulation dans le centre de l'île de Montréal risque d'être perturbée pour un moment, surtout si la voie surélevée a été endommagée. « On va tous souhaiter ardemment que la structure n'ait pas été affectée par l'incendie », a dit le ministre.

Six autres personnes ont été légèrement blessées dans l'accident, survenu juste avant 16 h. Le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) a pris une heure pour maîtriser le brasier spectaculaire et puissant. Plus d'une centaine de pompiers ont été déployés, dont certains qui manoeuvraient des camions projetant une solution mousseuse spécialement conçue pour les catastrophes impliquant des produits chimiques. 

« ÇA SAUTAIT TOUTES LES 2 SECONDES » 

Sur place, mardi, les Montréalais qui travaillent ou habitent dans le secteur étaient sous le choc. « Le bruit, on pensait que c'était des gens qui se tiraient dessus. On est tous sortis du bureau, car on pensait qu'il y avait une fusillade dehors. C'était comme des coups de feu », a relaté Joyce McLean, qui travaille tout près. « Je marchais à l'intersection, quasiment en dessous de l'autoroute. J'ai entendu comme un gros pétard qui explosait près de ma tête. Ça sautait toutes les 2 secondes ! J'ai eu très peur ! Je suis parti à courir tout de suite sans regarder. C'était affreux ! Tu sentais la chaleur intense qui te suivait. C'était intense ! Plus loin, je me suis tourné et j'ai vu les flammes. Ça explosait », a raconté Brad, encore ébranlé une heure après les événements. Sa famille tentait de le joindre pendant l'entrevue. 

Le maire Denis Coderre a indiqué sur les réseaux sociaux que les « bâtiments de la FTQ et de la Caisse Desjardins », situés sur le côté nord de la Métropolitaine, avaient subi des dommages. 

Vicky Sierra et sa famille habitent du même côté de la voie surélevée. Tous sont habitués à entendre le vacarme de la circulation. Mais cette fois, le concert de klaxons, puis les détonations, n'avaient rien d'habituel. 

« J'ai vu le feu, la fumée monter, et j'ai dit : "On ne va pas rester là, on va mourir." Ça sentait le gaz, la fumée. C'était la grosse panique. Quand on est sortis de chez nous, on voyait encore devant nous, mais ensuite, tout est devenu noir et la fumée était partout. On ne voyait plus rien autour de notre maison. Les pompiers essayaient d'éteindre le feu, mais c'était très difficile. » 

« Ça a fait un assez gros boum pour que je me retourne de mon bureau. Je suis pourtant assez habituée au bruit de la 40 », a expliqué Karine, qui travaille au 9e étage de la tour FTQ. « J'ai vu que ça s'enflammait, donc je suis partie. Je me suis retournée et j'ai entendu le boum [...]. Après ça, on a entendu une série de boums, probablement d'autres autos qui explosaient. » 

- Avec la collaboration de Louis-Samuel Perron, Pierre-André Normandin, Guillaume Lefrançois, Audrey Ruel-Manseau et Simon Giroux

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer