Suicide d'Amanda Todd: les Pays-Bas examinent l'extradition vers le Canada d'un homme

Amanda Todd s'est suicidée en 2012 après avoir... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Amanda Todd s'est suicidée en 2012 après avoir publié une vidéo en ligne où elle expliquait avoir été constamment harcelée.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
LA HAYE

La justice néerlandaise doit examiner mardi la demande d'extradition vers le Canada d'un homme de 38 ans soupçonné d'être lié au suicide de l'adolescente canadienne Amanda Todd, qui s'était donné la mort après avoir été harcelée sur internet.

« Cette affaire porte sur son extradition ou non », a indiqué à l'AFP Soemisa Zeiani, chargée de communication au tribunal d'Amsterdam, soulignant que la décision des juges sera rendue « dans les deux semaines ».

Interpellé en janvier 2014 à Tilburg, au sud des Pays-Bas, le suspect, identifié dans les médias néerlandais comme Aydin C., est soupçonné d'avoir forcé des « dizaines » de jeunes filles, notamment aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Norvège et aux États-Unis, à réaliser des actes sexuels devant leurs webcams.

Si elles refusaient de tourner de nouvelles vidéos, il les menaçait de publier les anciennes vidéos qu'il avait d'elles.

Le Canada a relié le suspect au suicide d'Amanda Todd qui avait provoqué un immense émoi au Canada et lancé un débat sur les dangers de la cyberintimidation.

En manque d'amis, Amanda en cherchait via des sites de chat dès l'âge de douze ans. Elle était tombée sur un prédateur qui l'avait persuadée d'abord de lui montrer ses seins via une webcam, puis avait fait du chantage pour qu'elle lui « fasse un show ». Elle avait alors refusé et il s'était vengé en affichant sa photo sur internet.

À quinze ans, en octobre 2012, Amanda avait finalement décidé de mettre fin à son calvaire après avoir publié sur YouTube un court film en noir et blanc dans lequel elle affichait une série de cartons décrivant en quelques mots les mauvais traitements subis.

Le procès au fond d'Aydin C., actuellement détenu aux Pays-Bas pour production et diffusion de pornographie infantile, aura lieu « après l'été », a ajouté le tribunal d'Amsterdam.

Il est par ailleurs suspecté par les autorités canadiennes d'extorsion, de sollicitation d'enfants sur internet à des fins sexuelles, de menaces ou de harcèlement, a précisé l'agence de presse néerlandaise ANP.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer