Gangs de rue: des arrestations uniquement à l'extérieur de Montréal-Nord

Une opération policière visant des trafiquants de stupéfiants... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Une opération policière visant des trafiquants de stupéfiants à Montréal-Nord, le 31 mars, a fait un mort.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Des individus liés aux gangs de rue d'allégeance rouge visés dans une frappe policière mercredi n'ont pas été arrêtés parce qu'ils se trouvaient dans Montréal-Nord et que la haute direction du SPVM avait interdit à ses policiers d'effectuer des arrestations dans les limites de cet arrondissement, a appris La Presse.

Le 6 avril dernier, une manifestation a dégénéré... (Photo Olivier Jean, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Le 6 avril dernier, une manifestation a dégénéré dans Montréal-Nord. 

Photo Olivier Jean, Archives La Presse

Jean-Luc Sanon, membre influent des Rouges, a été arrêté... (PHOTO TIRÉE DE L’INTERNET) - image 1.1

Agrandir

Jean-Luc Sanon, membre influent des Rouges, a été arrêté à son domicile du quartier Rivière-des-Prairies.

PHOTO TIRÉE DE L’INTERNET

Selon plusieurs sources, la haute direction a pris cette décision pour ne pas « attiser les tensions raciales » dans ce secteur, qui sont tendues depuis l'opération anti-stupéfiant effectuée sur la rue Arthur-Chevrier, le 31 mars, qui a fait un mort.

La frappe menée mercredi par la Division du crime organisé, les enquêteurs Gangs de rue de la région Est et les policiers de trois postes de quartier visait une demi-douzaine de personnes soupçonnées de trafic de stupéfiants et de non-respect des conditions.

Comme elle le fait systématiquement depuis quelques mois, la haute direction des enquêtes du SPVM avait analysé le plan d'opération, évalué les risques et approuvé la frappe. Les mandats d'arrêt étaient signés. Même le Groupe tactique d'intervention avait été mobilisé. Mais selon nos informations, la haute direction du SPVM a décidé d'annuler l'opération, puis s'est ravisée et l'a autorisée de nouveau, avant de finalement permettre les arrestations, mais « uniquement si celles-ci avaient lieu à l'extérieur du poste de quartier 39 », qui couvre Montréal-Nord.

Une seule arrestation

D'après nos sources, mardi soir et mercredi matin, des policiers ont été affectés à la filature de deux des suspects, Kevin Monereau-Lahens, 21 ans, et Mathieu Cassion-Cardinal, 30 ans, qui habitent Montréal-Nord. Mais puisque ceux-ci n'avaient pas quitté leur quartier, ils n'ont pas été arrêtés. Hier après-midi, ils faisaient toujours l'objet d'un mandat d'arrêt, selon la dénonciation déposée au palais de justice de Montréal.

En fait, sur la demi-douzaine d'individus visés dans la frappe de mercredi matin, un seul a été arrêté et a comparu hier, Jean-Luc Sanon, membre influent des Rouges, qui a été appréhendé à son domicile du quartier Rivière-des-Prairies.

« Dans les bureaux, tout le monde est sous le choc. C'est l'incompréhension totale. », a dit une source policière.

« Mettons que quand il est question de Montréal-Nord, tout est évalué au quart de tour par la haute direction. Elle pèse les pour et les contre, surtout les contre », a renchéri un autre informateur.

En entrevue à La Presse cette semaine, le directeur du SPVM, Philippe Pichet, a assuré « qu'il n'y avait pas de zone de non-droit sur l'île de Montréal », voulant dire que sa police peut intervenir partout. Toutefois, plusieurs policiers ont fait part d'une certaine frilosité de la direction, ces dernières semaines, lorsqu'il est question de Montréal-Nord.

Selon deux sources, les policiers ont dû s'assurer que Dany Villanueva ne se trouvait pas dans le logement de la rue Arthur-Chevrier, qui a fait l'objet de la rafle anti-stupéfiant le 31 mars dernier, avant d'intervenir, au cas où les choses tournent mal, « parce que c'est politique », nous a-t-on dit. À noter également que selon un document judiciaire, les suspects visés dans la frappe de mercredi avaient brisé une condition de ne pas communiquer avec plusieurs individus dont Gregory Daquin, ciblé dans l'opération de la rue Arthur-Chevrier.

Il y a déjà plusieurs mois, on nous a également dit que l'escouade Éclipse, spécialisée dans la collecte de renseignement et la lutte contre les gangs de rue « n'était pas la bienvenue » dans le PDQ 39. On nous a répété hier que ce serait toujours le cas, particulièrement depuis le 6 avril, alors qu'une manifestation a tourné au saccage à Montréal-Nord.

« On ne commente pas les opérations, mais des zones de non-droit n'existent pas à Montréal. On n'acceptera jamais ça », a fait savoir hier la direction du SPVM dans une déclaration à La Presse.

« L'hôtel de ville ne se mêle pas des stratégies et des opérations policières du SPVM », a pour sa part écrit Catherine Maurice, attachée de presse du maire de Montréal.

Rappelons que le secteur chaud de Montréal-Nord, surnommé le Bronx, a été le théâtre de violentes manifestations en 2008, à la suite de la mort de Freddy Villanueva, frère de Dany, abattu par la police lors d'une intervention de routine qui avait mal tourné.

Des élections municipales partielles auront lieu à Montréal-Nord le 24 avril. Le vote par anticipation se déroulera en fin de semaine.

- Avec Vincent Larouche et Daphné Cameron

___

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le 514 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer