Fusillade en Saskatchewan: un jeune de 17 ans accusé des quatre meurtres

Les policiers ignorent toujours les motifs du tueur.... (Photo Jason Franson, La Presse Canadienne)

Agrandir

Les policiers ignorent toujours les motifs du tueur.

Photo Jason Franson, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

L'auteur de la tuerie à La Loche, petite communauté du nord de la Saskatchewan, serait un adolescent de 17 ans, qui fait face à douze chefs d'accusation : quatre de meurtre au premier degré, sept de tentative de meurtre et un de possession d'arme illégale.

Deux adolescents ont été tués de même qu'un enseignant originaire de l'Ontario et qu'une auxiliaire d'enseignement.

Drayden Fontaine, 13 ans, et son frère Sayne, 17 ans, ont été tués dans leur résidence. Marie Janvier, qui avait 23 ans, et Adam Wood, qui en avait 35, ont péri à l'école de La Loche, où ils étaient entrés en fonction cet automne. Sept autres personnes ont été blessées.

En conférence de presse samedi après-midi, Grant St Germaine, commandant de la Gendarmerie royale du Canada, a indiqué que les motifs de l'auteur de la tuerie étaient toujours inconnus.

Au moment de la tragédie, 150 personnes se trouvaient dans l'école.

Les policiers ont été prévenus vers 13 h par des adolescents et des membres du personnel. Arrivés sur les lieux, ils ont pourchassé le tireur pendant quelques minutes dans les couloirs de l'établissement avant de parvenir à l'arrêter. C'est ensuite qu'ils ont découvert, dans une résidence voisine, les corps des deux adolescents.

Interviewé par le StarPhoenix de Saskatoon, Norman Fontaine, le grand-père des adolescents tués, a dit qu'il venait de perdre « ses bébés, ses deux meilleurs amis ». Il était sur la route quand il a appris la nouvelle.

Un écolier de 13 ans a raconté au Toronto Star que son enseignant, entendant les coups de feu, a ordonné à ses élèves de se mettre contre le mur. C'est à ce moment-là qu'il a été touché, a-t-il dit.

Située à 800 kilomètres au nord de Regina et difficilement accessible, La Loche est une communauté aux prises avec divers problèmes sociaux. En mai dernier, le StarPhoenix évoquait dans un reportage sur cette communauté qu'entre août 2005 et janvier 2010, pas moins de 18 personnes s'y étaient donné la mort. Si moins de cas sont rapportés depuis lors, le taux de suicide de cette communauté de 2600 personnes demeure plusieurs fois plus élevé que la moyenne canadienne.

De Melbourne où il venait de gagner son match aux Internationaux d'Australie, le joueur de tennis Milos Raonic a dédié sa victoire aux victimes. « Je voudrais adresser mes pensées à cette collectivité, aux familles, aux élèves et à l'école. Ma victoire est pour vous », a-t-il dit, très ému.

La tuerie de vendredi à La Loche est la plus meurtrière à survenir en milieu scolaire au Canada depuis 1992. Valery Fabrikant avait alors tué quatre collègues et en avait blessé une autre à l'Université Concordia, à Montréal.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer