Kahnawake: des Mohawks bloquent un accès au pont Mercier

Les manifestants réclament à Ottawa et à Montréal... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Les manifestants réclament à Ottawa et à Montréal de mettre fin au déversement dès maintenant.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nouveau coup d'éclat des Mohawks hier soir: une quarantaine de manifestants ont bloqué un accès du pont Mercier pour dénoncer le déversement d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent entrepris à minuit hier. Après deux jours de mobilisation, les manifestants sont gonflés à bloc et promettent de se faire entendre aujourd'hui.

Vers 23 h, au terme de deux heures de débats, un groupe de protestataires, incluant des non autochtones, a finalement entrepris la montée d'une longue sortie d'accès de la route 138, dans la réserve de Kahnawake. Les peacekeepers les avaient pourtant fortement découragés quelques minutes plus tôt au cours d'une discussion très animée. Les policiers mohawks assuraient la sécurité des manifestants afin d'éviter une collision avec les automobilistes.

Dans une ambiance bon enfant, les manifestants scandaient en anglais «Que voulons-nous? Sauver le fleuve !» Vers minuit, ils prévoyaient rester sur place jusqu'à 4 heures du matin et ne comptaient pas bloquer plus de voies en raison de leur faible nombre. Il était toutefois possible d'accéder au pont Mercier par la route 132. 

Mardi, une soixantaine de Mohawks avaient bloqué en partie la circulation de la route 132, près du pont Mercier. Jusqu'à minuit, ils avaient brandi des drapeaux mohawks et une énorme banderole pour marquer leur opposition au déversement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer