Magnotta à la recherche de son «prince charmant» derrière les barreaux

Luka Rocco Magnotta purge une peine de prison à... (Photo fournie par le SPVM)

Agrandir

Luka Rocco Magnotta purge une peine de prison à vie après avoir été reconnu coupable du meurtre et du démembrement de l'étudiant Jun Lin.

Photo fournie par le SPVM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andy Blatchford
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le meurtrier Luka Rocco Magnotta, qui a vu ses crimes faire les manchettes autour du monde, cherche le prince charmant sur un site de rencontres pour prisonniers.

Le profil de Magnotta a été publié dimanche sur Canadian Inmates Connect Inc., un site qui tente de mettre en contact des prisonniers solitaires - dont quelques-uns qui sont derrière les barreaux pour des chefs de meurtre au premier degré - et des compagnons potentiels de l'extérieur.

Le profil présente deux photos de l'ancien effeuilleur et prostitué, qui a été reconnu coupable de meurtre au premier degré au mois de décembre pour le meurtre et le démembrement de l'étudiant universitaire Jun Lin.

Sur les deux photos, Magnotta porte un chandail blanc déboutonné.

Magnotta, qui purge une peine de prison à vie, prévoit qu'il sera libre en 2037.

Il se décrit comme un «homme célibataire blanc de 33 ans, qui mesure cinq pieds 11 pouces et pèse 175 livres, et qui a les cheveux foncés et les yeux bleus».

«Je recherche un homme célibataire blanc, âgé entre 28 et 38 ans, en forme, peut-on lire sur son profil.  Un homme fidèle, préférablement éduqué, financièrement et émotionnellement stable pour une relation à long terme. Si tu crois pouvoir être mon prince charmant, envoie-moi une lettre détaillée avec au moins deux photos.

«Seuls ceux que je juge compatibles recevront une réponse, poursuit-il sur son profil, qui inclut aussi son adresse postale actuelle: Institution Archambault, à Sainte-Anne-des-Plaines. Demandes sérieuses seulement s'il vous plaît. Toutes les lettres non sollicitées seront rejetées.»

Melissa Fazzina, qui a créé le site il y a environ quatre ans et demi, a indiqué que Magnotta lui avait fait parvenir les informations par le biais d'un contact. L'inscription et les frais d'adhésion de 35$ lui sont parvenus par la poste - les prisonniers n'ayant pas accès à Internet - il y a environ 10 jours.

«J'étais déconcertée», a-t-elle déclaré.

Elle s'est dite surprise puisque les médias ont rapporté que Magnotta recevait beaucoup de lettres d'admirateurs.

Rappelons que Magnotta a filmé le démembrement de M. Lin avant de mettre la vidéo en ligne et d'envoyer des parties du cadavre par la poste aux bureaux du Parti conservateur et du Parti libéral, à Ottawa, puis dans des écoles de la Colombie-Britannique.

Magnotta s'est ensuite envolé vers l'Europe, ce qui a lancé une chasse à l'homme intercontinentale qui s'est conclue avec son arrestation dans un café de Berlin.

Mme Fazzina soupçonne que la vie du meurtrier est un peu plus calme depuis qu'il est enfermé dans une prison fédérale. Elle affirme avoir été informée que Magnotta, qui a la réputation de vouloir attirer l'attention, ne cherche pas la publicité.

«Peut-être veut-il finalement une relation à long terme avec un partenaire stable.»

Mme Fazzina, qui est la figure publique pour les prisonniers qui désirent une deuxième chance depuis le lancement de son site, se prépare à recevoir des critiques pour avoir accepté la demande d'adhésion de Magnotta.

«Plusieurs personnes penseront qu'il ne mérite pas de se retrouver sur le site ou d'avoir des communications avec le monde extérieur», a-t-elle dit, en reconnaissant que sa présence sur Internet pourrait faire du mal aux proches de sa victime.

«Je crois cependant qu'il a, comme tout le monde, le droit de se racheter et de tenter une réinsertion, et j'espère que ça fonctionnera aussi pour lui.»

Mme Fazzina a précisé qu'elle avait demandé à Magnotta de lui envoyer plus d'informations pour remplir son profil, dont la raison qui l'a poussé à s'inscrire, sa situation en prison et la raison pour laquelle il y est.

Au contraire de plusieurs de ses clients, le profil de Magnotta ne spécifie pas exactement pourquoi il a été emprisonné. Certains refusent de fournir cette information, dit-elle - une approche qu'elle ne recommande pas s'ils veulent réellement trouver l'amour puisqu'ils semblent vouloir cacher quelque chose.

«Les gens peuvent toujours regarder sur Google de toute manière, n'est-ce pas?», a commenté Mme Fazzina.

Le site inclut des profils de gens incarcérés pour toutes sortes de raisons, allant du meurtre à la tentative de meurtre en passant par les agressions sexuelles. Mme Fazzina recommande aux utilisateurs d'être prudents lorsqu'ils interagissent avec les prisonniers, y compris Magnotta.

«Lorsque vous fréquentez le site, vous savez dans quoi vous vous embarquez, et ce, avec n'importe quel prisonnier, a-t-elle lancé. Peu importe la relation qui se développe, qu'elle soit bonne ou mauvaise, je ne suis pas responsable. Je ne suis que l'intermédiaire.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer