Vols en série à la SAQ

Selon une source de la Société des alcools... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Selon une source de la Société des alcools du Québec, le voleur suivrait calmement l'employé responsable dans son bureau, montrerait son arme et demanderait l'argent à l'abri des regards.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Service de police de la Ville de Montréal enquête sur une série de vols à main armée survenue jeudi soir dernier dans au moins cinq succursales de la SAQ de l'île. Le voleur, qui utilise toujours le même modus operandi, est toujours recherché par les policiers.

Selon une source de la Société des alcools du Québec, le suspect «semble très bien connaître le système de fonctionnement» des établissements. L'homme aurait l'habitude de pénétrer discrètement à l'intérieur de la succursale pour y observer le comportement des employés, à la recherche de celui ou celle qui a accès à la petite monnaie servant à alimenter les tiroirs-caisses. Lorsque l'employé responsable rentre dans son bureau, il le suivrait calmement, montrerait son arme et demanderait l'argent à l'abri des regards.

Ces tentatives de vol n'ont fait aucun blessé. Selon le SPVM, le suspect serait un homme blanc dans la trentaine ou la quarantaine. Il mesurerait environ cinq pieds dix pouces et serait de poids moyen. «Nous avons déployé des effectifs et ils porteront une attention spéciale aux succursales au cours des prochains jours», a indiqué Jean-Pierre Brabant, porte-parole du SPVM

Ce type d'infraction n'est toutefois pas nouveau à la SAQ, qui doit composer depuis des années avec divers cas de vols à main armée. En octobre 2010, une employée est devenue tétraplégique après avoir été atteinte par balle à la nuque lors d'un braquage à Baie-D'Urfé. La dame travaillait seule dans la succursale au moment du vol. Elle a succombé à ses blessures il y a quelques semaines. Plus récemment, un scotch de 50 000 dollars a été volé par un homme peut-être muni d'une arme de poing à Montréal.

«Toujours aux aguets»

Appelée à commenter, la société d'État déclare ne pas constater une augmentation du nombre de délits.

«Il n'y a pas de cycle, on est toujours aux aguets, on est rigoureux en tout temps», a dit Linda Bouchard, porte-parole pour la SAQ. Elle affirme que des vols arrivent «de temps en temps» et que la société d'État met tout en oeuvre pour s'assurer de la sécurité des employés et pour éviter les vols.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer