Un étudiant de Dalhousie suspendu sans avoir vu les messages sur Facebook

Ryan Millet... (PHOTO ANDREW VAUGHAN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Ryan Millet

PHOTO ANDREW VAUGHAN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Halifax

Les avocats d'un étudiant en dentisterie de l'Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse, affirment que l'établissement l'a injustement suspendu en raison de matériel publié sur Facebook qu'il n'avait même pas vu.

Sarah MacIntosh a déclaré en conférence de presse, mercredi, que l'université avait suspendu les stages cliniques de son client Ryan Millet plus tôt cette semaine à cause de six messages publiés dans un groupe Facebook, dont deux qu'il n'avait jamais vus.

Mme MacIntosh estime que M. Millet a été ciblé injustement par un comité disciplinaire qui l'a jugé coupable par association.

M. Millet et ses avocats ont témoigné au cours d'une audience disciplinaire, mardi soir. L'étudiant était membre d'un groupe Facebook où des commentaires misogynes ont été publiés au sujet d'étudiantes du programme. Selon ses avocats, M. Millet a aidé à dénoncer ces publications.

L'Université Dalhousie affirme qu'elle a agi de manière équitable et qu'elle évaluera la situation des 13 membres du groupe Facebook individuellement.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer