Drame familial à Edmonton: l'enquête est en cours

Les corps de trois femmes, deux hommes, un... (Photo DAN RIEDLHUBER, Reuters)

Agrandir

Les corps de trois femmes, deux hommes, un garçon et une fille, dans une résidence du nord-est d'Edmonton.

Photo DAN RIEDLHUBER, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

De nombreuses questions subsistaient mercredi à Edmonton sur les circonstances du drame familial dans lequel huit personnes, dont deux jeunes enfants, ont été abattues lundi par un membre de leur famille qui s'est ensuite suicidé.

Au total huit meurtres, dont sept dans la même maison, ont été perpétrés en quelques heures dans la nuit de lundi à mardi par un homme d'origine vietnamienne et installé de longue date au Canada.

«En 39 ans de service dans la police, je n'ai jamais rien vu de tel», avait lâché mardi le chef de la police d'Edmonton, Rod Knecht.

«C'était le chaos, c'était horrible», a-t-il ajouté pour décrire la scène du crime telle qu'il l'a découverte quelques heures après le drame.

Un homme dépressif, en proie à des problèmes d'argent et avec des antécédents judiciaires, a d'abord abattu par balles une femme de 37 ans, Cindy Duong, dans une maison au sud de la capitale de la province de l'Alberta, à l'ouest du Canada.

L'individu, qui était âgé de 57 ans selon la presse locale, a ensuite traversé la ville où il a tué avec une arme de poing sept autres personnes dans ce que le chef de la police a qualifié de geste «prémédité et délibéré».

Dans cette maison, dont le tueur était le copropriétaire, la police a retiré sept cadavres, deux enfants de moins de 10 ans, trois femmes et deux hommes âgés de 25 à 50 ans.

Le meurtrier présumé s'est ensuite rendu à une trentaine de kilomètres au nord-est d'Edmonton, dans un restaurant vietnamien de la bourgade de Fort Saskatchewan et dans lequel «il avait des intérêts d'affaires», a raconté la police. C'est à l'intérieur de ce restaurant que la police a découvert l'homme qui s'était donné la mort.

C'est au sein d'un même clan que cette tragédie semble s'être déroulée sans que les liens soient encore clairement établis par les enquêteurs. Ces derniers n'ont pas voulu donner les identités des sept victimes, ni celle du tueur, préférant attendre les résultats des autopsies prévues à partir de jeudi à l'institut médico-légal d'Edmonton.

Le meurtrier présumé était connu des services de police depuis 1987 pour violences et agression sexuelle, a indiqué le chef de la police.

Les meurtres ont été commis avec une arme de poing de calibre 9 mm volée en 2006 dans la province voisine de Colombie-Britannique.

Le suspect était un employé d'entretien du restaurant de Fort Saskatchewan où il s'est enlevé la vie, a appris La Presse Canadienne.

Huong Tran, la bru d'un propriétaire du VN Express Asian soutient que l'homme avait une clé du restaurant et qu'il pouvait y entrer après la fermeture.

Mme Tran affirme aussi qu'il était l'ex-mari de sa belle-mère. Elle n'a pas commenté davantage.

Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer