Meurtre À Lachine: victime d'un règlement de comptes?

Un homme de 24 ans a été mortellement... (PHOTO FÉLIX O.J. FOURNIER, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Un homme de 24 ans a été mortellement atteint à la nuque par le projectile d'une arme à feu, lundi soir.

PHOTO FÉLIX O.J. FOURNIER, COLLABORATION SPÉCIALE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Francis David Rosenberg, tué avant-hier soir à Lachine, pourrait avoir été victime d'un règlement de comptes lié à une agression armée survenue il y a quelques semaines.

Selon ce qu'a appris La Presse, l'homme de 24 ans de LaSalle aurait été impliqué récemment dans une altercation au cours de laquelle une barre de fer aurait été utilisée.

Francis David Rosenberg, identifié par La Presse comme la victime du 28e homicide de l'année à Montréal, était connu des policiers. Le dossier criminel du jeune homme était garni: de 2010 à 2014, il a été mêlé à une dizaine de causes qui ont été entendues devant les tribunaux. La plupart de ses délits étaient liés à la possession de drogue, à des voies de fait, à la possession d'arme dans un dessein dangereux ou au non-respect de ses conditions de libération. Le jeune homme avait déjà effectué quelques séjours en prison.

En septembre 2013, certains médias avaient fait état de son expulsion du casino du Lac-Leamy, à Gatineau. Rosenberg se trouvait alors en compagnie d'une jeune femme avec qui il lui avait été interdit d'entrer en contact.

Au volant

Il a été découvert grièvement blessé au volant de son véhicule, vers 22 h 30 lundi, à l'angle de la rue Duff Court et du croissant Roy. Le jeune homme, atteint notamment à la nuque, bougeait encore lorsque les policiers se sont présentés sur les lieux et il a été rapidement transporté par les techniciens paramédicaux d'Urgences-santé dans un hôpital, où sa mort a été constatée peu après.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le tireur se serait trouvé à l'extérieur de la voiture, peut-être même dans un autre véhicule garé à côté de celui de la victime, lorsque le meurtre a été commis.

«Un chien de race doberman se trouvait dans le véhicule de la victime lorsque les policiers sont arrivés et il était agressif. Les policiers ont dû utiliser leur bouclier pour le sortir de la voiture, pour l'empêcher de contaminer la scène», a raconté l'agent Jean-Pierre Brabant de la police de Montréal.

À première vue, le crime, qui a toutes les apparences d'un règlement de comptes, ne serait pas lié aux gangs de rue ou au crime organisé.

Fait à noter, il s'agit du sixième meurtre commis dans le secteur de Lachine depuis le début de l'année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer