Décès au métro Fabre: étranglée par ses vêtements, conclut le coroner

Une femme est décédée alors qu'elle empruntait les... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Une femme est décédée alors qu'elle empruntait les escaliers roulants dans le métro Fabre. Sur place, des employés de la STM étaient consternés.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La femme morte en janvier dernier dans un escalier mécanique à la station de métro Fabre à Montréal est décédée étranglée par ses vêtements, conclut le coroner responsable du dossier. Dans son rapport, Paul G. Dionne soutient que la mort de Naima Rharouity est «accidentelle» et que le foulard de la dame est probablement à l'origine du drame.

Selon le document rendu public, Madame Rharouity a descendu l'escalier mécanique munie d◊un long manteau, d'un long foulard et d'un sac blanc au bras gauche. La dame tenait la rampe avec sa main droite et il n'y avait personne d'autre dans l'escalier.

À partir de ce moment, le coroner explique ne pas être en mesure de déterminer avec certitude si la dame a chuté avant ou après que ses vêtements soient restés pris dans l'escalier mécanique. Paul G. Dionne a dû utiliser les caméras de surveillance pour analyser l'évènement.

«Le foulard, le manteau et les cheveux de madame ont été pris dans l'escalier mécanique; le décès sera constaté. Madame est étranglée par le foulard et son cuir chevelu est lacéré par les peignes de l'escalier mécanique les marches en mouvement, avant l'arrêt de l'appareil», peut-on lire. Le coroner ne précise toutefois pas dans son rapport s'il s'agit d'un hijab, tel qu'indiqué par la police.

Lors d'un court entretien avec La Presse, il a souligné que ce détail n'était tout simplement pas d'intérêt public. «Ce n'est pas important, c'est un foulard» a dit Paul G. Dionne. «Il est plutôt possible que les vêtements de madame aient d'abord été pris dans l'escalier mécanique, entraînant sa chute et la strangulation. (Madame mesurait 160 cm et son foulard 157 cm)» écrit-il.

«Madame Rharouity est décédée d'asphyxie par strangulation, consécutivement à la prise de vêtement dans le mécanisme d'un escalier mécanique. Des avulsions et lacérations hémorragiques du cuir chevelu ont contribué au décès» ajoute-t-il.

Il recommande à la Société de transport de Montréal de «réviser» et «d'adapter» son programme d'entretien des escaliers mécaniques. Il demande aussi à la STM de s'assurer de l'implantation et de l'application de ce nouveau programme.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer