Écrasement à Mont-Laurier: le pilote faisait ses débuts sur l'avion

Denis Thomassin possédait plusieurs aéronefs, mais il en... (Photo: courtoisie)

Agrandir

Denis Thomassin possédait plusieurs aéronefs, mais il en était à ses débuts sur le Cessna 185 avec lequel il s'est écrasé.

Photo: courtoisie

Partager

Le pilote décédé hier à Mont-Laurier faisait ses débuts sur un nouvel avion, différent de ceux auxquels il était habitué, lorsqu'il a perdu le contrôle de son appareil.

Denis Thomassin, 54 ans, de Montréal, s'est écrasé vers 16 h 30 quelques secondes après avoir décollé de la piste l'aéroport de Mont-Laurier. Il était seul à bord. Les secouristes n'ont pu que constater son décès.

«Il a fait environ 600 pieds, il a tiré sur le manche, mais il n'avait pas encore assez pris de vitesse. Il a levé d'une dizaine de pieds et a accroché les arbres, puis la clôture, et l'avion a complètement capoté. Il est complètement brûlé, il ne reste que la queue», a raconté Michel Bourdon, un pilote local qui a assisté à la scène.

M. Thomassin, propriétaire d'une compagnie de logiciels destinés aux établissements de santé, possédait quatre aéronefs, avec lesquels lui et sa conjointe avaient exploré plusieurs coins du Québec.

Le Cessna 185 était sa toute dernière acquisition: un appareil plus petit que les autres, avec une roue fixée au bout de la queue, ce qui change complètement la façon de manoeuvrer sur une piste.

«C'est un appareil très, très performant sur roues. Il l'avait nouvellement acquis et tout fait remonter à neuf, peinturer, l'appareil avait l'air bien», explique Jean-François Charrette, consultant en aviation et ex-responsable de la formation à l'Association des pilotes de brousse.

M. Thomassin s'est présenté à la réunion des pilotes de l'aéroport de Mont-Laurier samedi en annonçant qu'il venait tout juste de compléter sa formation sur ce type d'appareil, avec un entraîneur lavallois.

«Il avait peu d'expérience dessus, il était en train de se forger une expérience. Ça semble être une perte de contrôle, et justement, pour quelqu'un d'inexpérimenté, cet appareil-là peut courir à une perte de contrôle», ajoute M. Charrette.

M. Charrette et ses collègues ont insisté aujourd'hui pour rappeler l'importance de la formation pour les pilotes, tout en admettant qu'il soit impossible de prévenir les accidents à 100%.

Le Bureau de la sécurité des transports a ouvert une enquête pour déterminer si le drame pourrait être lié à un problème technique ou s'il s'agit d'une erreur humaine.

Le Bureau du coroner mène sa propre enquête: c'est le coroner investigateur Me Steve Poisson, lui-même un pilote de la région qui était à l'aéroport lors de l'accident, qui a été mis en charge.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer