Menaces de mort contre le maire de Saint-Bruno

Claude Benjamin... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Claude Benjamin

Photo archives La Presse

Partager

Les tensions au conseil municipal de Saint-Bruno-de-Montarville ont franchi une nouvelle étape: le maire, Claude Benjamin, a reçu des menaces de mort par courriel.

«Comme Pauline, une balle ne vous ferait pas de tort», dit le message anonyme. Le maire l'a reçu en début de semaine et l'a aussitôt transmis au Service de police de l'agglomération de Longueuil, où on confirme avoir ouvert une enquête.

Le maire Benjamin a décliné les demandes d'entrevue de La Presse. Sa porte-parole, Suzanne Le Blanc, a cependant confirmé les faits.

Le Parti montarvillois, principal mouvement d'opposition dans cette municipalité de 26 000 habitants, se dissocie sans réserve de ce courriel haineux. «Les choses s'enveniment, ça dépasse les bornes, estime Martin Murray, chef du parti, qui a fait élire une conseillère sur huit en 2009. On a des visions différentes, mais on respecte les individus, il n'est pas question qu'on s'en prenne à l'intégrité physique des gens. La personne qui a écrit ça aurait dû y penser à deux fois.»

Opposition infatigable

La situation explosive au conseil municipal de Saint-Bruno-de-Montarville a fait l'objet d'une vidéo éloquente, vue plus de 109 000 fois depuis sa publication sur YouTube, le 2 janvier dernier. On y voit les policiers expulser quatre citoyens insistants, à la demande du maire.

Celui-ci finit même par faire expulser un citoyen qui le questionnait sur son recours fréquent aux policiers pour faire taire ses détracteurs.

Le maire Benjamin, dont c'est le deuxième mandat, fait face à une opposition particulièrement acerbe, qui le pilonne notamment dans le dossier du projet domiciliaire du Boisé des Hirondelles. Ce projet prévoit la construction de 30 maisons luxueuses en pleine forêt.

Dans une entrevue à 98,5 FM, le maire a expliqué les expulsions du conseil municipal par la nécessité de maintenir «le bon ordre» à l'hôtel de ville. L'opposition y voit plutôt de l'intimidation.

Failles et démocratie

Le 13 décembre dernier, Claude Benjamin a envoyé une lettre à ses concitoyens dénonçant les «débordements répétitifs de certains personnages» qu'il qualifie de «déplorables» et «exécrables». Il compare leur comportement au conseil à ce qui se faisait «à des époques où le fascisme était triomphant».

Martin Murray estime que les tensions récentes démontrent les failles de la démocratie municipale. «Peut-être que les partis devraient disparaître. Séparer les rôles de maire et de président de conseil, j'y vois une piste de solution, c'est une belle amorce de réflexion.»

Dans une lettre envoyée aujourd'hui à La Presse, le maire Benjamin réplique que la nomination d'un président de conseil «ne permettrait pas de corriger efficacement la situation». Sa présence ne ferait, selon lui, «que reporter sur les épaules de cet élu les reproches que l'on adresse aujourd'hui à un maire».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer