Fentanyl: quatre accusés libérés sous conditions

Quatre hommes arrêtés vendredi à Montréal dans la foulée d'une série de cas de... (Photo archives La Presse canadienne)

Agrandir

Photo archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quatre hommes arrêtés vendredi à Montréal dans la foulée d'une série de cas de surdoses de fentanyl dans la métropole ont retrouvé leur liberté sous conditions lundi matin. Le procureur de la Couronne convient que le fentanyl est «très très dangereux», mais ne s'est pas opposé à la remise en liberté des accusés en raison de leur absence d'antécédents criminels.

Mathieu Quintal, Frédérick Couture et Michel Couturier Bujold, tous âgés de 21 ans, ainsi que Jean-François Masson, 37 ans, ont été accusés samedi de possession de stupéfiants en vue d'en faire le trafic, et notamment de fentanyl, une drogue quarante fois plus puissante que l'héroïne. Aucune accusation liée aux cas de surdoses n'a toutefois été portée à leur endroit.

Les quatre hommes arrêtés vendredi dans des résidences de la rue La Fontaine et de l'avenue Parkville dans l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve ont été arrêtés en possession de métamphétamine, de hachich, de cannabis, d'héroïne et de cocaïne, outre le fentanyl. Les quatre accusés ne détenaient toutefois pas tous du fentanyl. 

La possession de cette drogue en vue d'en faire le trafic est un «facteur aggravant» en raison de sa grande dangerosité, a indiqué Me Pascal Dostaler, procureur de la Couronne. Le fentanyl fait des ravages dans l'ouest du pays et les autorités publiques craignent que ce fléau s'amène en force à Montréal. 

«C'est un crime sérieux, c'est punissable [d'une peine à] perpétuité. Les peines encourues pour la possession de ce type de stupéfiants sont très importantes. Mais au niveau de la remise en liberté, c'est un facteur parmi tant d'autres qu'on doit soupeser», a soutenu le procureur de la Couronne, à la sortie de l'audience. Les quatre hommes devront ainsi garder la paix, remettre un dépôt à la Cour, respecter un couvre-feu nocturne et ne pas utiliser de téléphone.

Une cinquième accusée arrêtée dans le coup de filet vendredi, Catherine Robitaille, 24 ans, subira mardi son enquête sur remise en liberté. Un sixième suspect, Maxime Samuel, 30 ans, est toujours recherché par le Service de police de la Ville de Montréal. Ce suspect a d'importants antécédents en matière de trafic de stupéfiants. 

Pas moins de sept surdoses liées au fentanyl se sont produites vendredi dans l'est de Montréal. C'est cette explosion de cas qui a poussé le SPVM à mener le coup de filet qui s'est conclu par l'arrestation des cinq accusés. «Les enquêteurs ont identifié d'où provenait la drogue et ont frappé rapidement pour ne pas qu'elle reste en circulation, car c'était trop dangereux. Ils ont notamment saisi 260 grammes d'un mélange possible de fentanyl et d'héroïne, ce qui reste à déterminer par des expertises», avait déclaré à La Presse dimanche l'agent Manuel Couture du SPVM.

Les quatre accusés reviendront en cour le 26 septembre pour la suite des procédures.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer