Exclusif

Retour aux sources pour les Hells Angels

Selon des informations émanant de sources variées, les... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon des informations émanant de sources variées, les Hells Angels poursuivent leur ménage dans les groupes de motards qui ont pullulé au Québec ces dernières années.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Les couleurs de nouveaux groupes devraient être arborées par certains des centaines de motards qui participeront en fin de semaine, dans la région de Calgary en Alberta, au traditionnel Canada Run des Hells Angels.

L'emblème des nouveaux Demons Choice (photo) s'apparente à... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

L'emblème des nouveaux Demons Choice (photo) s'apparente à celui des défunts Evil Ones, tout comme celui des Beast Crew ressemble beaucoup à l'emblème des Rowdy Crew aujourd'hui disparus.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Emblème des Evil Ones... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

Emblème des Evil Ones

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Un an et demi après leur sortie, par la grande porte, de l'enclos vitré des accusés de la salle d'audience du procès SharQc, et avec le retour sur les routes de plusieurs membres en règles originaux les plus influents, les Hells Angels québécois semblent vouloir revenir à leur ancien «modèle d'affaires», a constaté La Presse.

Selon des informations émanant de sources variées, les Hells Angels poursuivent leur ménage dans les groupes de motards qui ont pullulé dans la province ces dernières années, ils en créent de nouveaux et disposent leurs clubs subalternes sur un échiquier qui commence à ressembler à celui des années 90, avant que l'opération Printemps 2001 les poussent à mettre la clé dans la porte de leurs anciens clubs écoles.

D'après nos informations, les Hells Angels auraient donné leur bénédiction à la création d'au moins deux nouveaux groupes ces derniers mois, les Demons Choice et les Minotaures.

Leur création survient après la dissolution, par les Hells Angels eux mêmes, des Red Devils et des Nomads de l'Ontario, au printemps dernier.

Ce qu'on entend entre les branches, c'est que la constitution des Red Devils n'aurait pas été approuvée par les membres des Hells Angels québécois, qui étaient pour la plupart détenus à l'époque de l'arrivée de ce club école sur la scène québécoise, et qu'une fois sortis de prison, ils auraient décidé de remodeler la carte à leur goût.

Emblème des Rowdy Crew... - image 2.0

Agrandir

Emblème des Rowdy Crew

Emblème des Beast Crew... - image 2.1

Agrandir

Emblème des Beast Crew

Comme dans le temps

Et cette carte commence beaucoup à ressembler à celles des années 90.

Les couleurs des Demons Choice, qui seraient présents sur la rive-sud de Montréal, s'apparentent d'ailleurs étrangement à celles des défunts Evil Ones, qui étaient parrainés à l'époque par les Hells Angels de la section South, et qui contrôlaient le secteur de Granby.

Toute comparaison est boiteuse dit-on. Pourtant on pourrait en venir aux mêmes conclusions dans d'autres régions. Ainsi les Gladiateurs occupent à Saint-Jean-sur-Richelieu l'ancien territoire des défunts Jokers, les Beast Crew sont à Richelieu et les Reapers dans Montréal-est, deux territoires autrefois contrôlés par les Rowdy Crew, et les Devils Ghost sont au Saguenay, comme l'étaient autrefois les Satans Guard, pour ne nommer que ceux-là.

Avant leur disparition, les Red Devils se situaient juste sous les Hells Angels dans la hiérarchie et servaient de lien entre les grands patrons et les clubs subalternes.

Or, il semble qu'un échelon hiérarchique soit disparu ; les Hells Angels demeurent les chefs et leurs quatre sections actuellement actives, Montréal, South, Trois-Rivières et Québec, fonctionnent de façon indépendante.

Les clubs écoles et supporteurs, eux, contrôlent ou sont présents dans des secteurs bien précis. Mais ils n'ont pas le même rôle ou la même importance.

Au pied de la lettre

La restructuration se ferait également sur un autre front. Selon des informations, alors que le nombre de clubs de motards a littéralement explosé au Québec au tournant des années 2010, il y aurait de moins en moins de groupes arborant sur leur veste les lettres MC (pour motorcycle club) normalement réservées aux clubs dans lesquels les membres doivent gravir des échelons. Ainsi, les clubs moins importants ou purement récréatifs afficheraient de plus en plus les lettres RC, pour riding club, et un emblème à une ou deux pièces, plutôt que trois. Ces changements sont notamment suggérés sur la page Facebook d'un membre des Lucky Riders, que la police considère comme des sympathisants des Hells Angels.

«Soyons fiers et réorganisons nous. Patch et emblèmes dans le dos des vestes. MC, RC et toutes les différentes associations du Québec. Par respect et en l'honneur de tous les combats et préjugés que tous les motorcycle clubs ont eu depuis les années 40».

«La patch à trois pièces est portée pour signifier un vrai club MC. Traditionnellement, cette patch est gagnée par les membres. Une patch en trois morceaux est un signe public d'engagement envers le protocole d'un club et un style de vie. Donc les MC les prennent très au sérieux», peut-on lire sur cette page.

Un chapitre gelé et un autre créé

Par ailleurs, selon des sources, la section des Hells Angels de Sherbrooke ne serait toujours pas rouverte parce qu'il s'agit de l'ancien chapitre du motard devenu délateur Sylvain Boulanger, qui est à l'origine de l'opération SharQc en avril 2009, et/ou parce que la question de la confiscation du local n'est toujours pas réglé devant les tribunaux.

En revanche, les Hells Angels du Québec sont bien présents au Nouveau-Brunswick ; sept des membres de la nouvelle section Nomads de cette province maritime voisine du Québec  sont d'anciens des chapitres québécois. Ils comptent sur deux principaux clubs sympathisants, les Gate Keepers et les Bacchus.

«Pourquoi un club comme les Hells Angels irait s'établir au Nouveau-Brunswick ? Ils sont dans le commerce des stupéfiants. Est-ce qu'au Nouveau-Brunswick, ils sont de si gros consommateurs de stupéfiants? Non. Mais lorsqu'on regarde le Nouveau-Brunswick, l'accessibilité par les ports de mer, l'accessibilité à la frontière américaine et leur habilité à transiger, on conclut c'est une décision stratégique de leur part. S'ils pensent qu'il y a moins d'effectifs policiers là-bas, ils vont être surpris par notre agilité à déplacer des ressources», a confié à La Presse cette semaine Gilles Michaud, sous-commissaire de la GRC qui a le mandat de lutter contre les motards au Nouveau-Brunswick.

La Sûreté du Québec a refusé de commenter mais le capitaine Guy Lapointe a réitéré que la SQ était à l'affût des moindres changements dans le paysage des motards et que la lutte au crime organisé sous toutes ses formes était une priorité pour elle et ses partenaires.

------ 

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

 

------

Les Hells Angels :

Membres en règle par chapitre :

 

Montréal : 20

South : 21

Trois-Rivières : 16

Québec : 13

Sherbrooke : deux membres (encore inactif)

Nouveau-Brunswick : 7

Total : 79 membres en règle

 

Les principaux clubs écoles des Hells Angels :

 -Devils Ghosts

-Dark Souls

-Beast Crew

-Deimos Crew




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer