Conversations interceptées par la police: incursion dans les coulisses de la mafia

Loris Cavaliere a renoncé à la pratique du... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

Loris Cavaliere a renoncé à la pratique du droit à sa sortie de prison, vers la fin de 2015.

Photo André Pichette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Guimauve. » « Pas de colonne. » « Pas de couilles. » En 2015, même s'ils étaient en apparence unis dans le crime, les couteaux volaient bas entre des membres de la table de direction de la mafia montréalaise.

Salvatore Scoppa... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Salvatore Scoppa

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

C'est du moins ce que révèlent des documents rendus publics hier à la suite de démarches d'avocats de plusieurs médias, dont La Presse. Le juge André Vincent a autorisé les médias à dévoiler le contenu des conversations privées interceptées par la police. Le magistrat nous interdit toutefois de les attribuer aux accusés toujours en attente d'être jugés.

En août 2015, alors que la mafia forme une alliance avec les Hells Angels et les gangs de rue pour contrôler le marché des stupéfiants, l'un des leaders se confie à l'avocat Loris Cavaliere à propos d'un autre acteur influent.

Le puissant mafieux décrit son comparse qui siège à ses côtés à la table de direction comme « une guimauve » et un homme « pas de couilles ». « Il n'a pas de colonne pour dire aux autres quoi faire », se plaint-il au criminaliste. MCavaliere l'ignore, mais son bureau est alors placé sur écoute par la police.

Ces leaders de la mafia seront arrêtés quelques mois plus tard dans le cadre d'une vaste enquête contre le crime organisé montréalais. L'avocat d'expérience a plaidé coupable depuis à des accusations de gangstérisme et de possession d'arme. MCavaliere a renoncé à pratiquer le droit à sa sortie de prison. Plusieurs accusés sont toujours en attente d'un procès pour complot, trafic de drogue et gangstérisme.

LE GANGSTER EN TOGE

D'après les informations contenues dans ces documents, MCavaliere était bien plus qu'un confident pour les leaders de la mafia montréalaise.

En septembre 2012, l'avocat arrive aux funérailles du Hells Angels Gaétan Comeau au volant de sa Ferrari en compagnie d'un membre influent des gangs de rue. Ils se dirigeront ensuite dans un restaurant où ils discuteront avec plusieurs Hells Angels.

Environ deux ans plus tard, l'avocat se vantera à sa femme qu'il est à l'origine de l'alliance entre la mafia, les Hells et les gangs de rue. Sa femme était alors en train de consulter un article de journal sur l'alliance. « Ça, c'est grâce à moi », lui dira-t-il, ignorant qu'il est placé sur écoute.

Cavaliere agit à titre de « médiateur » auprès de différents groupes criminels depuis « une dizaine d'années », selon ces documents.

Le jour où son cellulaire fourni par la mafia brise, l'avocat appelle un leader mafieux pour lui demander une nouvelle « machine ». Le terme machine est utilisé par le crime organisé pour désigner un téléphone crypté. La livraison se déroule à l'abri des regards, dans la ruelle derrière le bureau du criminaliste situé sur le boulevard Saint-Laurent.

Ce bureau - muni d'un système de caméras et de portes magnétiques - est le lieu de rencontres des leaders des principales organisations criminelles montréalaises, décrit la police dans un document judiciaire.

« C'EST POUR ÇA QU'ON LES PAIE »

Dans une conversation interceptée par la police en février 2015, un leader de la mafia discute de l'arrestation d'un sergent de la police de Montréal, André Thibodeau, à qui il « parlait sur la machine ». Le policier est alors soupçonné de tremper dans une affaire de paris sportifs lié à la mafia.

« Les policiers ont peur du coulage dans le dossier et c'est pour cette raison que les affaires internes ont été impliquées », dit ce leader. Or, le chef mafieux ne craint pas d'être arrêté dans cette affaire. « C'est pour ça qu'on les paie », ajoute-t-il. L'ex-sergent du SPVM a récemment bénéficié d'un arrêt du processus judiciaire.

ÉLIMINER SCOPPA ?

C'est aussi dans le bureau de Me Cavaliere que des leaders de la mafia et un acteur important des gangs de rue discutent de l'idée d'éliminer un autre influent membre de la mafia, Salvatore Scoppa (pas accusé dans l'importance enquête contre le crime organisé montréalais), afin de « préserver le contrôle du territoire ».

Nous sommes le 20 août 2015. « Ils n'ont plus confiance en Andrea et Salvatore Scoppa, en JP [que la police identifie comme Gianpietro Tiberio] et se doutent qu'il y a parmi ces trois individus, une taupe », résume la police dans les documents. Le membre de gang de rue affirme être prêt à mettre « une balle dans la poitrine » de Scoppa « pour garder la ville ». Finalement, un autre mafieux s'oppose à son élimination.

Quatre jours après les discussions sur le projet d'assassinat de Scoppa, le membre de gangs de rue est arrêté et accusé de gangstérisme et trafic de stupéfiants. Les leaders de la mafia décident alors de changer de « machines » - cellulaires - et de cesser de se parler. Peine perdue, ils seront arrêtés à leur tour plus tard cette année-là.

Il y a deux semaines, Salvatore Scoppa a échappé à un attentat. Personne n'a encore été arrêté en lien avec cette tentative de meurtre.

Note : Les allégations de l'Escouade régionale mixte de lutte au crime organisé de Montréal dans cette affaire n'ont pas encore subi l'épreuve des tribunaux.

- Avec la collaboration de Daniel Renaud, La Presse




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer