Première saisie de carfentanyl au Québec

Le carfentanyl est surtout présent dans l'ouest du... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le carfentanyl est surtout présent dans l'ouest du pays. D'autres saisies ont précédemment été faites par l'ASFC au Canada, notamment à Vancouver.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux colis contenant du carfentanyl, drogue 100 fois plus puissante que le fentanyl, ont été interceptés en décembre par l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). C'est la première saisie au Québec de cet opioïde, assez puissant pour endormir un éléphant et responsable de nombreuses surdoses mortelles. Explications.

Qu'est-ce que les douaniers ont trouvé?

Les deux colis, provenant de la Chine, contenaient 209 grammes de carfentanyl. Ils ont été saisis le 22 décembre à l'Aéroport international de Montréal-Mirabel et devaient être acheminés à deux adresses résidentielles différentes de la Montérégie par un service de messagerie privée. La drogue se trouvait dans des contenants portant le nom d'un autre médicament.

«Ce n'est pas tellement la quantité [saisie] qui est impressionnante, mais la puissance de cette drogue-là», explique la responsable des relations avec les médias de l'ASFC, Jacqueline Roby, précisant qu'une dose de carfentanyl plus petite qu'un grain de sel peut être mortelle pour un être humain.

La quantité de drogue saisie, bien que minime, permettrait de produire 10 millions de doses potentiellement mortelles, selon l'ACFC. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) se charge de l'enquête.

Qu'est-ce que le carfentanyl?

C'est une substance synthétique de la famille des opiacés, 100 fois plus puissante que le fentanyl, qui ressemble à du sel de table. Le carfentanyl est utilisé par les vétérinaires pour endormir les gros animaux comme les éléphants ou les bisons.

Depuis quelques années, les trafiquants de drogue s'en servent, tout comme du fentanyl, pour le mélanger à l'héroïne ou la cocaïne qu'ils vendent, ce qui leur permet de réduire leurs coûts. «Ils n'ont besoin que d'une très petite quantité et peuvent s'en servir pour "couper" de l'héroïne de mauvaise qualité ou des médicaments contrefaits sans que les gens s'en rendent trop compte», explique Jean-François Mary, directeur de l'Association québécoise pour la promotion de la santé des personnes utilisatrices de drogues (AQPSUD).

Pourquoi est-il dangereux?

L'ingestion d'une dose de carfentanyl plus petite qu'un grain de sel peut tuer un être humain. Au seul contact de la peau, la substance peut rendre malade. «Le risque est super élevé qu'il y ait des erreurs de dosage, parce que les laboratoires des trafiquants de drogue fonctionnent de façon approximative. C'est donc très dangereux pour les surdoses», souligne Jean-François Mary.

Le carfentanyl provoque une baisse du rythme cardiaque et des difficultés respiratoires qui peuvent être fatales. Comme c'est généralement à leur insu que les toxicomanes en consomment, ils ne mesurent pas toujours les risques auxquels ils s'exposent et ne réagissent pas toujours à temps pour demander de l'aide s'ils se retrouvent en détresse. La drogue peut être vendue à bas prix, ce qui la rend malheureusement plus accessible.

Quels ravages fait-il au Canada?

Le carfentanyl est surtout présent dans l'ouest du pays. D'autres saisies ont précédemment été faites par l'ASFC au Canada, notamment à Vancouver. Déjà, le fentanyl, de moindre puissance, inquiète les autorités de la Colombie-Britannique, où 914 personnes sont mortes de surdoses de drogues en 2016, une hausse de 79% en un an, qui est traitée là-bas comme une crise de santé publique.

En décembre, un avertissement d'urgence a même été lancé aux consommateurs de drogues de la province, après 11 morts par surdose en une seule journée. Au Québec, la situation est moins dramatique, mais il n'existe pas de données sur les morts par surdose. Selon le SPVM, il n'y aurait que quelques cas de surdose chaque mois. Le Bureau du coroner a rapporté, en 2014, 11 cas où le fentanyl a contribué à la mort d'une personne au Québec.

Signe que le fentanyl est bien présent dans la province : neuf colis postaux contenant du fentanyl ont été interceptés en 2016, tandis que cinq autres ont transité par des services de livraison privés comme Purolator.

Comment peut-on réduire les risques?

En novembre, la ministre fédérale de la Santé Jane Philpott a promis de s'attaquer à la crise des drogues opioïdes en lançant un plan d'action au cours de l'année 2017. La GRC a aussi annoncé avoir conclu une entente avec les autorités chinoises afin de s'efforcer de contenir le flux de fentanyl en provenance de ce pays.

De leur côté, les organismes qui interviennent auprès des toxicomanes demandent un accès accru au naloxone, antidote injectable ou en vaporisateur nasal, qui bloque temporairement l'effet des opioïdes sur le système nerveux. «On voudrait distribuer aux utilisateurs de drogue et à leurs proches ce produit qui peut leur sauver la vie», explique Jessica Turmel, porte-parole du Groupe de recherche et d'intervention psychosociale (GRIP).

L'organisme aimerait aussi offrir un service d'analyse qui permettrait aux consommateurs de faire vérifier la composition des produits avant de les absorber. L'ouverture au printemps de services d'injection supervisée à Montréal devrait aussi aider à prévenir les morts par surdose.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer