Tentative de meurtre contre Marco Pizzi: le suspect trahi par son ADN

Marco Pizzi... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Marco Pizzi

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

L'homme arrêté pour avoir présumément voulu tuer le mafieux Marco Pizzi après avoir percuté le véhicule de ce dernier, le 1er août, a été trahi par son ADN laissé sur le coussin gonflable qui lui a explosé en plein visage lors de l'impact.

Selon des documents judiciaires obtenus par La Presse, l'accusé dans cette affaire, Kevin Rochebrun, 25 ans, était le conducteur de la fourgonnette Pontiac Montana blanche qui a violemment heurté l'arrière de la Mercedes S65 conduite par Pizzi à l'angle des rues Grande-Allée et Prince-Albert, à Montréal-Est, vers 10h45 ce matin-là. 

Mais l'attentat a échoué et Rochebrun et un complice ont pris la fuite à pied, abandonnant sur place leur véhicule. Dans celui-ci, volé deux mois plus tôt dans le secteur de Sainte-Thérèse, les enquêteurs ont trouvé un bidon d'essence et constaté la présence de sang sur le coussin gonflable du conducteur qui s'était déployé en raison de la violence du choc. Les policiers ont fait analyser le sang et quatre jours plus tard, ils ont reçu un avis de concordance dans la Banque nationale de données génétiques (ADN) indiquant que c'était celui de Kevin Rochebrun. 

Ils ont ensuite filé le suspect et l'ont vu jeter des vêtements, un masque et des espadrilles dans des conteneurs. 

Lors de son arrestation le 8 août, les enquêteurs ont trouvé sur lui le porte-clés d'une BMW immatriculée en Ontario garée derrière chez lui. Dans celle-ci, ils ont trouvé un revolver Smith & Wesson de calibre 44 magnum, une mitraillette Tec-9 avec silencieux, un fusil de calibre 12 tronçonné, un chargeur à haute capacité et même un cocktail Molotov. Rochebrun a été accusé d'une douzaine de chefs d'agression armée et de possession d'armes prohibées. Il est toujours détenu et a de nouveau comparu mardi. 

Victime attendue 

Marco Pizzi venait de faire réparer sa voiture dans un garage de la 6e Avenue lorsqu'il a été attaqué, le 1er août. Selon les documents judiciaires, un deuxième véhicule suspect a été vu à proximité du garage, ce qui laisse croire que les agresseurs étaient au moins trois et qu'ils attendaient leur victime. 

Pizzi a raconté aux enquêteurs qu'après avoir été heurté, il est sorti de sa voiture, s'est approché de la camionnette et a vu «un homme de race noire, avec un gros visage» et une arme à feu dans les mains. Pizzi a alors pris la fuite en courant dans un parc où s'amusaient les jeunes d'un camp de jour.

Des témoins ont renchéri et dit aux policiers que le conducteur de la camionnette était sorti avec une arme de type M-16 (mitraillette) avec un gros chargeur, et qu'il portait un masque. 

Marco Pizzi est considéré par la police comme un acteur important de la mafia montréalaise et un importateur de cocaïne. Le 11 mai dernier, il a été arrêté en compagnie d'une quinzaine d'autres individus dans la phase finale de l'enquête Clemenza menée par la Gendarmerie royale du Canada contre les principaux clans qui avaient pris la relève des Siciliens après l'opération Colisée de novembre 2006, et qui auraient été impliqués dans l'importation et le trafic de stupéfiants. Pizzi est accusé de complot, trafic de cocaïne, importation de cocaïne et gangstérisme pour des actes reprochés qui se seraient déroulés en 2011. 

Kevin Rochebrun, qui serait lié aux gangs de rue, a eu des démêlés judiciaires dans le passé. Ainsi, il avait été arrêté pour possession d'arme - un pistolet de calibre 40 - et trafic de crack en 2003.

***

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le 514 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer