Fraude: une course de taxi à 5400$

Sylvain Lemire s'est fait dérober 5400 $ par un... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Sylvain Lemire s'est fait dérober 5400 $ par un chauffeur de taxi qui utilise une fausse machine pour voler les informations bancaires de ses clients.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Ce soir-là, Sylvain Lemire a tout su du chauffeur de taxi. Ses amours difficiles, son parcours migratoire. Tout y a passé, sauf un petit détail, à savoir qu'il avait une petite collection de fausses cartes de débit sous la main et qu'il s'apprêtait à lui dérober 5400 $.

«Je suis très techno, mais je n'y ai vu que du feu», raconte Sylvain Lemire.

C'était le soir du 8 août, à Montréal. Au retour du spectacle de Céline Dion, M. Lemire a hélé un taxi. Au moment de payer, il a tendu sa carte de débit au chauffeur.

«À ce moment-là, en une technique sûrement très éprouvée, le chauffeur de taxi, qui était un bon conteur, continuait de parler. Je lui ai tendu ma carte de débit, puis il me l'a remise.»

La carte était de la même couleur que la sienne. Elle était pareille, sauf qu'il n'y avait pas son nom dessus, un détail qui a échappé à M. Lemire sur le coup.

«À la banque, on m'a expliqué que le chauffeur avait probablement inséré ma carte dans une fausse machine où mon numéro d'identification personnelle a été intercepté», raconte-t-il.

«Le chauffeur m'a remis une carte semblable à la mienne et à partir de là, il a pu effectuer des retraits jusqu'à ce que je n'aie plus d'argent au compte ou que je m'aperçoive que j'étais victime de fraude.» - Sylvain Lemire

«La banque doit faire son enquête, elle ne m'a pas encore redonné mes 5400 $. Je me marie dans quelques semaines, alors disons que ça tombe mal», dit M. Lemire, qui a voulu qu'on raconte son histoire pour éviter à d'autres personnes de subir une escroquerie semblable.

Un stratagème connu

Au Service de police de la Ville de Montréal, le commandant Michel Leduc, qui s'occupe de la section des crimes économiques, est bien au fait de ce petit stratagème. «Ce n'est pas un fléau, mais on reste à l'affût. Nous avons arrêté quelques chauffeurs de taxi à la fin de l'année 2015 [qui fraudaient de cette façon].»

En janvier, le SPVM publiait d'ailleurs un avis de recherche concernant un chauffeur de taxi qui avait escroqué au moins 13 victimes en deux mois, pour un total de 35 000 $. Les victimes avaient toutes hélé un taxi; la majorité avait payé avec une carte de débit et quelques-unes, avec une carte de crédit.

Pour sa part, M. Lemire n'a pas porté plainte à la police puisqu'au 911, on lui a dit qu'il se ferait vraisemblablement rembourser et que la vraie victime était donc la banque qui se chargerait vraisemblablement de contacter les policiers.

Erreur, signale le commandant Leduc. «Pour qu'on sache si ce genre de fraude est en hausse, pour connaître l'ampleur du phénomène, les victimes de telles fraudes doivent nous contacter.»

À noter que selon l'Association des banquiers canadiens, les dernières statistiques sur les fraudes (quelles qu'elles soient) sont en baisse. Les pertes moyennes par compte en raison de fraudes des cartes de crédit s'élevaient à 755,30 $ en décembre 2015 (par rapport à 905,42 $ en 2008). Pour les cartes de débit, les pertes moyennes par compte étaient de 475,90 $ en 2015 (alors qu'elles étaient de 706,08 $ en 2008).

***

Précautions à prendre lors de transactions

  • Insérer soi-même sa carte de crédit ou de débit dans les terminaux
  • Suivre toujours des yeux ses cartes
  • Idéalement, garder en mémoire les quatre derniers chiffres de ses principales cartes et ainsi vérifier qu'on nous rend bien notre carte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer