L'UPAC de retour à Terrebonne

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a frappé simultanément dans... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a frappé simultanément dans plusieurs résidences et lieux d'affaires de Terrebonne le 13 juillet dernier, dont l'hôtel de ville.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) est retour à Terrebonne, deux semaines après avoir perquisitionné dans dix résidences et institutions de la ville de banlieue.

Cette fois, les policiers sont chez Daniel Bélec, le chef de cabinet du maire Jean-Marc Robitaille. Sa résidence avait déjà été visitée lors de la dernière vague de perquisitions, tout comme celle de son patron et celle du directeur général de la ville.

« C'est en lien avec les perquisitions [de la mi-juillet]. C'est un nouveau mandat qui a été émis pour aller chercher autre chose », s'est limité à dire Anne-Frédérick Laurence, porte-parole de l'UPAC. « On ne peut pas donner plus d'information parce que l'enquête est en cours. »

Le maire Robitaille a affirmé mercredi dernier qu'il comptait demeurer en poste. « Je suis à l'aise qu'il y ait une enquête. Ça fait plus de dix ans que plusieurs rumeurs circulent et il est temps d'y mettre un terme. Nous offrons d'ailleurs notre pleine et entière collaboration à l'UPAC », a-t-il dit, par le biais d'un communiqué. « Il s'agit d'une enquête et non pas d'accusations à l'endroit de qui que ce soit. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer