Le Centre de prévention de la radicalisation s'intéresse aux groupes d'extrême gauche

La boutique de vêtements Electrik Kidz, dans Hochelaga-Maisonneuve,... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La boutique de vêtements Electrik Kidz, dans Hochelaga-Maisonneuve, a été recouverte de peinture bleue en février dernier par des personnes disant vouloir dénoncer l'embourgeoisement du secteur.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La série d'attaques anti-embourgeoisement contre des commerces d'Hochelaga-Maisonneuve et de Saint-Henri intéresse vivement le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, qui dit recevoir «un bon nombre» d'appels en lien avec l'extrémisme de gauche.

L'attaque contre l'épicerie 3734, survenue samedi soir dans la rue Notre-Dame Ouest, n'est que le plus récent des incidents du genre qui portent la signature de groupes d'extrême gauche. En février dernier, trois commerces d'Hochelaga-Maisonneuve avaient été la cible de vandales. Ces attaques répétées, «ce sont des sujets d'intérêt pour le Centre», a indiqué Benjamin Ducol, directeur de la recherche au sein de l'organisation. «On a pour mission de documenter tous les types de radicalité, toutes les familles de radicalité.»

Pour l'instant, le Centre effectue essentiellement un travail de documentation sur la question, mais des recherches plus poussées pourraient avoir lieu. Personne n'a été blessé dans les événements de samedi soir, mais une employée du commerce a été fortement secouée par l'irruption d'une trentaine de militants cagoulés.

Beaucoup d'appels

En entrevue téléphonique, M. Ducol a ajouté que ses collègues du Centre reçoivent des signalements de radicalisation d'individus qui glissent vers des idées d'extrême gauche pouvant mener à des gestes violents, comme ceux dont sont victimes les commerçants. «On en a eu pour l'extrême gauche et l'extrême droite. Ça représente quand même un gros niveau d'appels », a-t-il dit. Dans ces cas, ce ne sont pas les familles qui sont les principaux lanceurs d'alerte.

«La plupart du temps, ce sont des travailleurs spécialisés: des travailleurs sociaux», notamment dans des établissements d'enseignement, poursuit le chercheur. «On en a eu un bon nombre.» Le Centre a été créé l'an dernier, dans la foulée d'une vague de départs de jeunes Montréalais vers le territoire du groupe État islamique.

L'administration Coderre condamne

L'administration Coderre a condamné hier les attaques contre l'embourgeoisement de certains quartiers de Montréal. «C'est un peu inquiétant, c'est sûr», a réagi Russell Copeman, élu montréalais responsable de l'habitation et de l'urbanisme. Celui-ci assure que la Ville de Montréal fait tout en son pouvoir afin de préserver la mixité sociale de ses quartiers en redéveloppement, imposant notamment un nombre de logements sociaux lorsque de nouveaux projets immobiliers voient le jour. 

«Mais c'est difficile de retenir la marée. Quand des changements s'opèrent dans les quartiers, il faut les encadrer avec les règlements. Mais les quartiers ne sont pas figés dans le temps, ils sont sujets à des changements parfois radicaux», dit Russell Copeman, aussi maire de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

Des voisins interloqués

L'inquiétude existe aussi chez les voisins de l'épicerie ciblée samedi soir, nommée 3734. Madeleine Rivest, propriétaire du resto-bar Ludger situé tout près, ne comprend pas pourquoi les militants s'en sont pris à un commerce d'alimentation. «C'est vraiment pas drôle, a-t-elle dit en entrevue téléphonique. On reste toujours vigilants. On ne comprend vraiment pas pourquoi ils s'en sont pris à eux. Ça n'a aucun sens, à nos yeux.» Le commerce de Mme Rivest a été la cible de quelques graffitis depuis son ouverture, il y a trois ans, «mais rien de très violent comme ça», a-t-elle dit.

Infiltrer les anarchistes, propose la chambre de commerce

De son côté, la chambre de commerce du Montréal métropolitain appelle la police à utiliser toutes les tactiques à sa portée pour lutter contre ce type d'attaques. «Chacun de ces événements est inquiétant parce que ça touche des gens et ça peut dégénérer, a indiqué Michel Leblanc, grand patron de la chambre. Ça témoigne de la nécessité pour les corps policiers d'être très attentifs, d'être présents, à la limite d'infiltrer les groupes d'anarchistes ou d'altermondialistes très actifs et militants pour voir venir.» 

M. Leblanc met aussi sur la table la possibilité pour les autorités d'installer des caméras de surveillance dans les artères commerciales. La chambre de commerce n'est pas nécessairement en faveur de cette mesure, mais la question doit se poser, a-t-il affirmé.

Des groupes communautaires ambivalents

Même s'ils consacrent leurs énergies à combattre les effets négatifs de l'embourgeoisement des quartiers populaires, deux groupes communautaires qui oeuvrent dans Saint-Henri et Hochelaga rejettent le mode d'action des militants qui ont attaqué le 3734. «Ce n'est évidemment pas une stratégie que nous, on privilégie. Ça témoigne du niveau de désespoir qu'il y a dans le quartier», a indiqué Shannon Franssen, coordonnatrice de Solidarité-Saint-Henri, une coalition d'organismes locaux. 

Même son de cloche au Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). «Sur le fond, je partage tout à fait l'observation du problème dans le texte [que les militants] ont rendu public, a affirmé son porte-parole, François Saillant. C'est clair par contre que les moyens qu'on privilégie au FRAPRU, ce ne sont pas ces moyens-là.»

Des groupes violents en Europe

Engins explosifs, attaques à la grenade ou au fusil-mitrailleur; les attentats ne sont pas uniquement l'apanage des terroristes d'inspiration religieuse. L'Europe subit régulièrement des attaques perpétrées par des groupes d'extrême gauche. Dans son rapport annuel 2015, l'organisation policière Europol a recensé 54 de ces attaques qui sont principalement survenues lors de confrontations avec des policiers ou lors d'attaques ciblées des édifices gouvernementaux.

En janvier 2014, un groupe anticapitaliste a tiré une roquette contre un concessionnaire de voitures de luxe à Athènes, en Grèce. Europol note que la majorité de ces groupes violents se trouvent principalement en Grèce, en Espagne et en Italie. Leurs membres se seraient radicalisés en prison.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer