Un important lieutenant de la mafia montréalaise tué par balle à Laval

Lorenzo Giordano a été atteint par balle alors qu'il... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Lorenzo Giordano a été atteint par balle alors qu'il se rendait au centre Multi-Sports, à Laval, pour s'entraîner.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

L'homme atteint par balle, ce matin, dans le stationnement d'un gym de Laval, est Lorenzo Giordano, 52 ans, un lieutenant du clan Rizzuto que la police considérait depuis plusieurs mois comme un éventuel parrain de la mafia montréalaise. Il serait décédé des suites de ses blessures, a appris La Presse.

Lorenzo Giordano... - image 1.0

Agrandir

Lorenzo Giordano

Selon nos informations, Giordano, qui a été libéré d'office en décembre dernier, se rendait régulièrement, à cette heure, au centre Multi-Sports, pour s'entraîner. Visiblement, ses adversaires connaissaient ses habitudes et l'ont attendu près de la salle de gym de l'autoroute 440 ce matin. Giordano aurait été atteint par au moins un projectile d'arme à feu dans la région du cou, a-t-on appris.

C'est un homme «dans un état critique, dont on craignait pour la vie», que les techniciens paramédicaux d'Urgences Santé ont transporté à l'Hôpital Sacré-Coeur ce matin, un établissement de santé spécialisé dans les traumas par balle, où son décès a été constaté. L'enquête, amorcée par la police de Laval, a été transférée à des enquêteurs spécialisés des Crimes contre la personne de la Sûreté du Québec, puisqu'il s'agit vraisemblablement d'un meurtre lié au crime organisé.

Nouvellement libéré

Giordano a été libéré d'office à la mi-décembre, après avoir purgé les deux tiers d'une peine de 15 ans pour gangstérisme et autres crimes imposée à la suite de son arrestation dans la vaste rafle anti-mafia Colisée en 2006. À la suite de la guerre qui a passablement affaibli le clan Rizzuto et l'opération Magot qui a décapité le crime organisé montréalais en novembre dernier, les autorités le considéraient comme un individu influent qui aurait pu jouer un rôle important au sein de la mafia montréalaise dans le futur. À l'époque de l'enquête Colisée, Giordano était, en compagnie de Francesco Del Balso, le principal capitaine de Francesco Arcadi, qui s'est occupé des opérations de la rue de la mafia à la suite de l'arrestation du parrain Vito Rizzuto en 2004. Condamnés eux aussi à 15 ans à la suite de l'opération Colisée, Arcadi et Del Balso ont eux aussi été libérés d'office, sous fortes conditions, le mois dernier.

Depuis sa libération d'office à la mi-décembre, Giordano vivait en maison de transition et était également soumis à de fortes conditions, jusqu'à la fin de sa sentence en 2019.

Selon nos informations, Giordano était l'un des derniers «hommes d'honneur» de la mafia montréalaise, titre qu'il aurait reçu dans la région de Montréal, au début de 2004, à la suite du meurtre du chef de clan Paolo Gervasi.

Durant l'enquête Colisée, Giordano avait été remarqué pour la violence à laquelle il n'hésitait pas à recourir. Les enquêteurs le soupçonnaient notamment d'avoir battu dans son ancien quartier général, le bar Laennec de Laval, un client des paris sportifs qui avait cumulé une forte dette qu'il ne remboursait pas, et d'avoir blessé par balle un individu lors d'une altercation, devant un populaire bar de la rue Saint-Laurent. Giordano avait également été vu en possession d'une arme de poing.

Après des années de conflit, la situation était relativement calme au sein de la mafia montréalaise depuis le meurtre de Claudio Marco Campellone, commis le 18 septembre dernier à Montréal, et l'opération Magot.

Toutefois, une dizaine de membres du crime organisé auraient été avisés que leur vie était menacée l'automne dernier et des sources nous indiquaient que la situation demeurait instable au sein du crime organisé. Elles appréhendent que d'autres règlements de compte succèdent à l'attentat contre Giordano.

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le (514) 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer