Maurice Boucher aurait touché des milliers de dollars en prison

Maurice Boucher purge une peine à perpétuité à... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Maurice Boucher purge une peine à perpétuité à l'Unité spéciale de détention du pénitencier Archambault, à Sainte-Anne-des-Plaines, pour les meurtres de deux gardiens de prison commis durant la guerre des motards.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Du fond de la cellule où il est détenu depuis près de 15 ans, l'ancien chef des Hells Angels, Maurice Mom Boucher, continuait de percevoir des milliers de dollars en redevances provenant de la vente de stupéfiants.

C'est ce que révèle une déclaration sous serment au soutien de mandats de perquisition de l'opération Magot-Mastiff menée contre le crime organisé montréalais il y a deux semaines, que La Presse a demandée et obtenue, et pour laquelle un interdit de publication a été levé hier.

Les documents indiquent que Patrick Corbeil, qui dirigeait une importante cellule de trafic de stupéfiants dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, versait chaque mois des redevances à trois organisations ou individus, dont Maurice Boucher.

Corbeil préparait trois enveloppes qu'il remettait à son bras droit qui, ignorait-il, était un agent civil d'infiltration (ACI) de la police. Cet agent remettait ensuite les enveloppes à d'autres individus qui se rendaient les porter à la résidence de la soeur de Maurice Boucher, dans l'arrondissement d'Anjou, au garage de la conjointe de Salvatore Cazzetta, à Saint-Thomas-de-Joliette, ou chez un individu qui travaillait pour une organisation appelée «Les Bronzés», qui serait en fait le gang de Gregory Woolley, également arrêté et accusé dans l'opération Mastiff.

Rappelons que Boucher purge une peine à perpétuité à l'Unité spéciale de détention (USD) du pénitencier Archambault, à Sainte-Anne-des-Plaines, pour les meurtres de deux gardiens de prison commis durant la guerre des motards.

Maurice Boucher a lui aussi été appréhendé dans l'opération Mastiff. Lui et sa fille sont accusés d'avoir comploté pour faire assassiner le caïd Raynald Desjardins en attente de sentence pour le meurtre de l'aspirant parrain Salvatore Montagna.

Vin et cocaïne

Selon les documents, Corbeil préparait également des enveloppes pour les patrons et les employés de son réseau. Un employé recevait 1000$ par mois. La police croit que l'un des patrons qui recevaient une paie était Carlos Fernandez, membre en règle des Nomads de l'Ontario également arrêté dans l'opération Mastiff.

L'organisation de Corbeil se serait approvisionnée en cocaïne auprès de trois organisations, celle de Woolley, celle d'un certain Patrick Williams et celle des Lopez, une cellule liée à la mafia italienne établie dans le nord de la métropole.

Fait à noter, chez Williams, à Mascouche, les policiers ont saisi 107 bouteilles de vin, dont plusieurs d'une grande valeur, et une dizaine d'oeuvres d'art. Comme c'est le cas normalement dans ce genre de situation, le vin a été entreposé à la Société des alcools du Québec, en attendant la suite des procédures.

Mastiff a été lancée en mars 2014, à la suite de la collaboration de l'agent civil d'infiltration. Comme dans la plupart des autres organisations criminelles, pour discuter entre eux, les membres de la cellule Corbeil utilisaient des surnoms et se servaient de PGP, c'est-à-dire d'appareils BlackBerry transformés de façon à être utilisés uniquement pour envoyer des messages cryptés. Comme ce fut le cas dans l'opération Loquace menée en novembre 2012, l'ACI a photographié tous les messages que ses complices lui ont acheminés et a remis les photos à ses policiers contrôleurs. Plus de 5 millions de dollars lui seraient aussi passés entre les mains en neuf mois.

Mais le 12 décembre 2014, Corbeil a congédié l'agent civil, car ce dernier avait demandé du travail à l'un de ses associés à Ottawa sans en parler auparavant à son patron. Corbeil lui a demandé de lui remettre son PGP, ce que l'ACI a refusé, puisqu'il l'avait payé. Il lui a alors demandé d'effacer, devant lui, tous les messages qu'il avait reçus et envoyés.

«Le père [Le Père du cellulaire, où ont été achetés les PGP] va me donner les adresses email que tu as dans ta machine. S'il n'y a rien qui a été programmé de ta part dedans reliant mon monde, tu n'entendras plus jamais parler de moi. Mais si c'est le contraire, déménage», lui écrit Corbeil, selon les documents.

Lors de filatures effectuées durant Mastiff, les policiers ont notamment vu Dominique Gauthier, un membre des Red Devils, club supporteur des Hells Angels, ainsi que Vincent Lamer et Jean-Guy Bourgouin, deux anciens membres des Rockers, défunt club-école des Hells Angels.

On raconte également que lors d'un match de baseball à Repentigny en août 2014, Corbeil a invité plusieurs de ses présumés complices, dont Carlos Fernandez, pour intimider l'équipe adverse.

Quelques surnoms utilisés par les suspects sur PGP:

  • Patrick Corbeil: Bart, Le Gros
  • Dominique Gauthier: Oakley
  • Franco Lopez: Cappuccino
  • Giuseppe Lopez: Espresso
  • Pasquale Lopez: Cafe Latte
  • David Pépin-Massé (joueur de la Ligue nord américaine de hockey): Semi-pro

Note: les informations contenues dans ce texte proviennent d'un document d'enquête et n'ont pas encore subi l'épreuve des tribunaux.

Des vins d'une grande valeur

Lors de l'opération Mastiff, on a saisi dans la résidence de Patrick Williams, qu'on soupçonne d'être le chef d'une cellule de trafiquants, des oeuvres d'art et 107 bouteilles de vin. Cette collection de bouteilles disparates contenait néanmoins quelques trésors.

  • Château d'Yquem 2003, Sauternes, premier grand cru classé. Valeur à la Société des alcools du Québec (SAQ): 520$. Un des plus mythiques vins liquoreux du monde, fait de vins atteints de pourriture noble.
  • Château Palmer 2009, Margaux, troisième grand cru classé. Valeur à la SAQ: 566$. Un des grands vins de Margaux, classé grand cru lors du classement des vins du Médoc et de Graves en 1855.
  • Château Léoville Las Cases 2003 et 2006 Saint-Julien, deuxième grand cru classé. Valeur à la SAQ: 381 et 323$. Issu de la partition en trois du domaine Léoville après la Révolution française, il figure parmi les deuxièmes grands crus bordelais, avec les deux autres Léoville, Barton et Poyferré.
  • Château Haut-Brion 2006, Pessac-Léognan, premier grand cru classé. Valeur à la SAQ: 865$. Seul des cinq premiers grands crus bordelais des Graves, les quatre autres se trouvant dans le Médoc.
  • Marchesi Antinori, Tignanello 2009, Toscane. Format 3L. Valeur à la SAQ: 518$.
  • Dom Pérignon Brut 2004, champagne. Valeur à la SAQ (millésime 2006): 247$.
  • Krug Grande Cuvée Brut, champagne. Valeur à la SAQ: 290,25$.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer