Hells Angels: les clubs-écoles sont de retour

Les enquêteurs de l'Escouade régionale mixte ont mené... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Les enquêteurs de l'Escouade régionale mixte ont mené une douzaine de perquisitions à Saint-Amable (notre photo) et Sainte-Julie, à la recherche d'armes appartenant aux Devils Ghosts.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

On les pensait disparus, mais ils sont bel et bien de retour. Pour la première fois depuis 15 ans, le mot club-école a été utilisé pour décrire un club de motards, les Devils Ghosts, visés hier par une opération de la Sûreté du Québec.

Pendant que neuf membres en règle des Hells Angels quittaient Bordeaux tout sourire, après avoir fini de purger leur peine des superprocès SharQc, les enquêteurs de l'Escouade régionale mixte (ERM) menaient une douzaine de perquisitions à Saint-Amable Sainte-Julie et Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville, sur la rive sud de Montréal, à la recherche d'armes appartenant aux Devils Ghosts.

Ceux-ci, fondés en 2012 par l'influent Hells Angel Salvatore Cazzetta et l'ex-membre Stéphane Trudel, sont maintenant comparés par nos sources aux anciens clubs-écoles des années 90 tels les Evil Ones, Rockers et autres qui gravitaient autour des Hells Angels et qui sont disparus après l'opération Printemps 2001.

Plusieurs groupes de motards sont apparus ces dernières années, mais la police s'est toujours refusée à les appeler clubs-écoles, préférant le terme clubs-supporteurs.

Mais les Devils Ghosts, dont les débuts ont été plutôt discrets à la suite de leur apparition durant l'été 2012, sont aujourd'hui considérés comme un club-école, le plus visible dans l'entourage des Hells Angels et le plus actif, supplantant même les Red Devils dans la hiérarchie des motards criminels de la province.

«On croit que c'est le club-école le plus puissant au Québec. Ils sont très impliqués dans le trafic de stupéfiants et d'armes. Ce sont probablement eux qui rapportent le plus d'argent aux Hells Angels», nous a-t-on dit.

En croissance

Les Devils Ghosts comptent au moins une quarantaine de membres et sont présents dans plusieurs régions du Québec. Ils ont quatre sections à Montréal, dans la couronne nord de Montréal (où ils auraient un local), au Saguenay et à Sherbrooke. Dans la capitale des Cantons-de-l'Est, ils seraient présents depuis peu, depuis, en fait, qu'on leur a fait de la place lors d'une fête organisée durant l'été.

Outre Cazzetta et Trudel, qui auraient même laissé leur marque dans le logo du club, les Devils Ghosts seraient parrainés par Sergio Piccirilli, un ami d'enfance de Cazzetta ayant des liens avec les motards, la mafia et le crime organisé autochtone.

Interrogée sur l'opération d'hier, la Sûreté du Québec, responsable de la lutte contre les motards, a refusé d'en dire davantage sur un changement de statut des Devils Ghosts. En revanche, son porte-parole a tenu à lancer un message à tous les motards criminels, pas seulement aux Hells Angels.

«La lutte au crime organisé sous toutes ses formes demeure une priorité pour la Sûreté du Québec. À ce titre, si des personnes, regroupées sous la bannière d'une organisation ou autre, commettent des infractions criminelles, la Sûreté du Québec interviendra en conformité avec son mandat», a déclaré le lieutenant Guy Lapointe.

Frappes répétées

Hier, les enquêteurs de l'ERM ont mené une douzaine de perquisitions et de saisies, et ils ont arrêté quatre individus, dont un homme de 28 ans, présumé sergent d'armes des Devils Ghosts. «L'enquête a débuté en mai dernier. Les enquêteurs ont notamment saisi deux armes de poing, une certaine quantité de cannabis et de cocaïne et cinq vestes des Devils Ghosts», a dit la sergent Ann Mathieu de la SQ.

C'était la troisième fois en sept mois que ce club-école était visé par une opération.

Il y a un mois, les enquêteurs de l'ERM ont saisi plusieurs armes et arrêté quatre individus, dont deux, Sergio Nesparoli Jr et Michael Petardi, seraient liés aux Devils Ghosts. Le frère et le père de Sergio Nesparoli, Gino et Sergio, ont également été arrêtés et accusés dans cette affaire. Les Nesparoli étaient propriétaires du bar Nite Lite, où deux membres influents du crime organisé irlandais, Jamie Laramée et son frère Cody, ont été tués à l'été 2013. En plus des armes, les limiers ont trouvé une liste d'individus et leurs adresses personnelles dans l'une des résidences où ont eu lieu des perquisitions. La police croit également que les suspects seraient liés à des coups de feu tirés en l'air rue de Castille, à Montréal-Nord, le matin du

22 juillet dernier.

Enfin, le 12 mars, les enquêteurs des stupéfiants de la région ouest de la police de Montréal ont investi le local des Devils Ghosts de Montréal à Pointe-Claire et arrêté six individus. Les suspects, dont un proche de Cazzetta, David Castelli, sont accusés de possession d'armes et de trafic de stupéfiants.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer