Un club-école des Hells Angels frappé par la police

Le local des Devils Ghosts.... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Le local des Devils Ghosts.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Malgré des budgets charcutés et d'imposants effectifs mobilisés contre le terrorisme, les corps de police ne semblent pas vouloir diminuer leur pression sur les groupes de motards. Mercredi, c'était au tour du SPVM, en collaboration avec la Sûreté du Québec, de frapper la relève des Hells Angels en s'en prenant à l'un de leurs nouveaux clubs-écoles parmi les plus sérieux, les Devils Ghosts.

En début de soirée, les enquêteurs de la région ouest, appuyés notamment par leurs collègues du groupe tactique d'intervention, ont arrêté six personnes soupçonnées d'avoir fait partie d'un réseau de trafic de stupéfiants lié à ce groupe de motards. Les suspects, quatre hommes et deux femmes, ont été accusés hier au palais de justice de Montréal.

Créés au début des années 2010, les Devils Ghosts ont commencé par faire des apparitions sporadiques et discrètes en périphérie de Montréal avant de devenir beaucoup plus visibles depuis deux ans. Selon nos sources, ils seraient parrainés par Salvatore Cazzetta, considéré par la police comme l'actuel chef des Hells Angels sur le terrain.

L'un des accusés, David Castelli, qui a été vu arborant une veste des Devils Ghosts à quelques occasions, serait  proche de Cazzetta. Depuis la dernière année, il aurait été observé plusieurs fois en compagnie de l'influent membre des Hells Angels, notamment aux funérailles des frères Laramée, tués durant l'été 2013. Il n'aurait toutefois pas d'antécédents criminels.

Assaut spectaculaire

Depuis les débuts de l'enquête amorcée à l'automne, les policiers ont saisi plus de 70 kg de haschisch et une certaine quantité de cocaïne. Ils ont aussi mis la main sur des armes, dont un revolver de calibre 38.

Mercredi, ils ont effectué une demi-douzaine de perquisitions dans les résidences des suspects dans l'île de Montréal, dans les Laurentides et dans l'ouest de la Montérégie. Mais ils ont aussi investi de façon spectaculaire le repaire du groupe, une salle de gym anonyme située dans un secteur commercial de Pointe-Claire.

Des témoins ont vu le véhicule de transport blindé du groupe tactique d'intervention de la police de Montréal arriver en trombe et s'immobiliser brusquement devant le bâtiment. Une dizaine de policiers casqués ont alors tiré des grenades assourdissantes dans les vitres du local et défoncé la porte. «J'ai entendu plusieurs détonations. Ça a duré quelques secondes. J'ai bondi à ma fenêtre et j'ai vu les policiers s'engouffrer dans le bâtiment d'où s'échappait de la fumée. Ils n'y sont pas allés mollo», nous a déclaré un entrepreneur du secteur qui a requis l'anonymat.

Il semblerait qu'au moment de la descente, personne n'était présent dans le local, dont on nous a dit qu'il serait en partie fortifié et occupé discrètement par les Devils Ghosts depuis plus d'un an. Si des voisins ont aperçu quelquefois des motos, ils n'ont jamais vu quiconque arborer une veste des motards. Le secteur où ils se sont installés a été décrit par un commerçant comme une «ville fantôme».

Les accusés:

  • David Castelli, 44 ans, de Saint-Lazare
  • Shawn Russell, 40 ans, de Saint-Lazare
  • Dean Madden, 51 ans, de Wentworth-Nord
  • David Manneh, 35 ans, de Kirkland
  • Jo-Ann Mardinger, 48 ans, de Wentworth-Nord
  • Evangeline Tyler Kosowan, 20 ans, de Pierrefonds

Il sont accusés de trafic de drogue et de possession d'armes

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer