Affaire Philippe Paul: accusations retirées contre un autre accusé

Les accusations contre Massimo Bauco (à droite) ont... (PHOTOS ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les accusations contre Massimo Bauco (à droite) ont été retirées après que son avocat eut demandé d'obtenir la preuve amassée en partie par l'ex-enquêteur Philippe Paul (photographié lors d'un voyage en Jamaïque).

PHOTOS ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Pour la troisième fois depuis la mi-janvier, un individu accusé dans la foulée d'une enquête à laquelle a pris part l'ex-enquêteur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Philippe Paul a vu les chefs portés contre lui retirés.

Massimo Bauco, 44 ans, devait comparaître à son procès pour complot et trafic de stupéfiants le mois prochain, mais la poursuite a annoncé mercredi qu'elle ne déposerait pas de nouvel acte d'accusation contre lui, confirmant ainsi sa libération.

Bauco, qui n'a pas d'antécédents criminels, avait été arrêté au printemps 2012 dans le cadre d'une opération de la Division du crime organisé de la police de Montréal baptisée Aviron visant un réseau de trafic de stupéfiants lié au mafieux Antonio Mucci.

Rapports disciplinaires

Selon nos informations, Bauco, propriétaire du bar Aviano, aurait été filé une quinzaine de fois par l'ex-enquêteur vedette Philippe Paul durant l'enquête.

Le retrait des accusations contre Bauco est intervenu peu de temps après que la défense eut envoyé une demande écrite visant à obtenir de la preuve contre son client.

À la mi-janvier, le chef de clan Mucci et ses deux présumés gardes du corps ont été libérés des chefs de possession d'armes portés contre eux après que leur avocat, Me Claude Olivier, eut demandé des rapports disciplinaires, entre autres, concernant Philippe Paul.

Quelques jours plus tard, un autre homme arrêté dans une enquête impliquant Philippe Paul, Bruce Tsonos, a lui aussi été libéré de plusieurs chefs de possession d'armes portés contre lui, même si les enquêteurs avaient découvert un véritable arsenal et que les procédures avançaient rondement dans son cas.

Philippe Paul est cet enquêteur vedette, contrôleur de sources, qui a pris sa retraite l'an dernier après que la direction du SPVM eut annoncé l'ouverture d'une enquête criminelle sur «ses fréquentations dérangeantes».

Il n'a toutefois jamais été accusé et l'enquête est en cours.

Victime de calomnies

En entrevue à La Presse en avril 2014, Philippe Paul a rejeté en bloc les allégations le concernant, disant être victime de «calomnies pour camoufler la vérité sur la corruption et le crime organisé».

Dans des entrevues récentes, l'ex-enquêteur en a rajouté en déclarant qu'il y avait d'autres policiers corrompus au SPVM et que six enveloppes étaient prêtes à envoyer si jamais il lui arrivait quelque chose. Philippe Paul prépare un livre dans lequel il donnera sa version des faits.

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le 514 285-7000, poste 4918, ou utilisez l'adresse postale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer